La Fonda accompagne les associations

Publié le Mercredi 3 juillet 2019 - 10:02
Focus sur nos récentes interventions et missions d’accompagnement auprès des acteurs du monde associatif.

L'Ufcv et la Fonda
« Faire ensemble l’Ufcv de demain »


L'Ufcv, association d’éducation populaire dont l’objet est de susciter, promouvoir et développer l’animation socio-éducative, culturelle ou sociale ainsi que les actions de formation  et d’insertion, a sollicité la Fonda pour un appui dans sa réflexion sur la refonte de son projet associatif.

L’ambition était de « Faire ensemble l’Ufcv de demain » en concevant un projet fédérateur, permettant de relier les différentes activités de l’association.

 

 

« Par son expérience dans les travaux de prospective et son regard extérieur, la Fonda nous a permis d’élargir notre réflexion stratégique. Le parallèle avec la matrice de l’Agenda 2030 nous a notamment permis de relier nos questionnements à des enjeux de société plus globaux. De plus, les méthodes actives proposées par la Fonda rejoignent pleinement notre vision de l’animation de publics et favorisent la production collective. »
- Amélie Jeannin, responsable nationale vie associative et engagements.


Une démarche en plusieurs étapes a été proposée, à partir des travaux prospectifs et méthodes de la Fonda. Un questionnaire en ligne, portant sur les tendances sociétales en lien avec les activités de l’Ufcv et auquel 660 personnes ont répondu, a permis de dégager une série de sujets prioritaires. Ces sujets ont ensuite été approfondis lors de dix-huit ateliers en région, qui ont permis de distinguer une série de questions essentielles pour l’Ufcv.

La synthèse de ces ateliers régionaux a fait émerger quatre enjeux prioritaires, validés lors de l’Assemblée générale de juin dernier : « Vers une société éco-responsable », « Vers une société éducative », « Solidarité », « Engagement ». Des ateliers complémentaires en région viendront compléter la démarche pour travailler sur les premières pistes d’action ».


L'Unapei et la Fonda
Démarche stratégique et évolution de la gouvernance


L'Unapei, réseau de cinq-cent-cinquante associations parentales d'enfants en situation de handicap intellectuel et cognitif, a conclu avec la Fonda une convention de partenariat qui vise à faire bénéficier l'Unapei des outils et méthodes expérimentés par la Fonda pour construire sa démarche stratégique et faire évoluer sa gouvernance.

Le travail mené en commun porte d'abord sur les mutations de l'engagement bénévole. Celui-ci est au cœur de l'identité de l'Unapei, mais on ne choisit pas d'avoir un enfant en situation de handicap, c'est un engagement décidé par la vie. Pourtant, cela n'empêche pas les jeunes parents d'avoir une approche de l'engagement bénévole marquée par les tendances identifiées par les travaux de la Fonda depuis plusieurs années.

Cette première difficulté se combine à une autre, le haut niveau de professionnalisation des établissements du réseau et l'intensité des problèmes de gestion. Dans le monde du handicap, le fait associatif, c'est-à-dire la volonté et la liberté de faire ensemble et de réaliser ses choix tout en étant accompagnés pour le faire est essentiel à la dignité des personnes handicapées intellectuelles et cognitives, mais il est confronté en permanence à une extraordinaire complexité des enjeux éducatifs, sociaux, scientifiques, éthiques, techniques et politiques.

 

fonda-unapei
Le 6 juin 2019, troisième conférence des régions de l'Unapei en présence de Yannick Blanc. Au programme : construction de projet stratégique, développement du plaidoyer territorial, expérimentation impact social...


L'accompagnement de l'Unapei proposé par la Fonda, au niveau de son bureau national, de la structuration de l'échelon régional et de la refonte de la plateforme de représentation des cinquante-trois associations nationales représentant divers types de handicap a permis de mettre en exergue la pertinence des stratégies d'impact collectif.

Quelles que soient la légitimité et l'ampleur d'une cause (le handicap touche à des titres divers quinze millions de Français), on ne marque pas de points si l'on ne sait pas identifier les enjeux, les objectifs et les moments que l'on a en commun avec d'autres causes : les personnes âgées, la petite enfance, les parents d'élèves, etc.

C'est la définition de l'impact collectif, c'est-à-dire du résultat concret à atteindre en commun, qui donne sa consistance pratique à la notion d'intérêt général.

 

La Jeunesse au plein air et la Fonda
Inscription des ODD au projet stratégique


La Jeunesse au plein air (JPA), association qui milite pour le départ de tous les enfants et de tous les jeunes en vacances et qui œuvre à la valorisation et à la reconnaissance des accueils collectifs de mineurs comme des temps éducatifs complémentaires à ceux de l’école et des familles, a inscrit les Objectifs de développement durable (ODD) dans son projet stratégique.

Rassemblant des acteurs variés (syndicats, enseignants, organisateur de séjours, comités d’entreprise…) elle a sollicité la Fonda pour intervenir lors de son Assemblée générale le 27 juin et animer une session du jeu Faire ensemble 20301, afin de favoriser une appropriation partagée des ODD et du cadre de référence partagée, apte à faire travailler ensemble les acteurs, qu’ils proposent.

L’atelier animé par la Fonda a permis aux participants de mieux connaître les ODD et le levier qu’ils constituent pour impulser des dynamiques collectives, ainsi que de formuler des défis partagés pour l’avenir de la JPA. 


D'autres interventions…


En plus de ces trois démarches d'accompagnement, la Fonda est intervenue, au mois de mai et de juin 2019, à l'occasion d'une vingtaine d'événements.
En voici une sélection :

  • Yannick Blanc, vice-président de la Fonda, a pris la parole le 23 mai lors de la conférence « Entrepreneurs et travailleurs sociaux, quelles synergies pour la solidarité sur les territoires ? » organisée par le Gniac, en partenariat avec la Fonda, le Labo de l'ESS et la Compagnie générale des autres (voir l'article de Localtis). Il a aussi participé le 27 juin à une table-ronde sur le rôle des syndicats dans les évolutions des services publics lors du congrès CFDT à Amiens. Il est également intervenu lors de l'Assemblée générale de l'Unicef le 14 juin à Paris.
     
  • Bastien Engelbach, coordonnateur des programmes de la Fonda, et Sarah Drapeau, stagiaire à la Fonda, ont animé le 28 mai à Eaubonne une rencontre thématique organisée par le Pôle Ressources Ville et développement local en partenariat avec la Fonda, sur la question de l'appropriation des ODD par les acteurs d'un territoire. Sur ce même thème, le lendemain, Bastien et Sarah sont intervenus à l'occasion pour un atelier « IdeasLab » à destination des conseillers Ideas.
     
  • Alexei Tabet, chargé de projets à la Fonda, est intervenu à l'occasion d'un événement de l'Avise, le 4 juin à Paris, au sein d'une table-ronde « Évaluation d’impact social : nouveaux outils - nouvelles approches ». Il y a présenté l'expérimentation actuellement pilotée par la Fonda auprès des centres sociaux.
     
  • Steven Bertal, administrateur de la Fonda et co-fondateur de Génération 2 Conseil est intervenu, le 13 juin, dans le cadre d'une journée de montée en compétences sur le numérique associatif organisée dans le cadre du programme PANA, déployé par HelloAsso en lien avec la Fonda et le Mouvement associatif. Sujet abordé : l'accompagnement des associations dans la mise en place de la RGPD et la protection de ses données numériques.
     
  • Nils Pedersen, président de la Fonda, est intervenu lors du forum « Mécénat et territoire » organisé à Metz par l'Admical le 14 juin dernier. Son allocution avait pour thème « Oser l’engagement sociétal aujourd’hui, pour quoi faire ? » (accéder au texte de l'allocution).
     
  • Charlotte Debray, déléguée générale de la Fonda, est également membre du comité de pilotage du projet « Ma parole doit compter », porté par l'association Trisomie 21, visant à donner et porter la parole des personnes atteintes de trisomie 21. À ce titre, elle est intervenue à l'Assemblée générale de l'association, le 24 mai à Suresnes, sur le thème de l’évolution des modèles socio-économiques. Devant des directeurs d’établissements et de services, mais aussi des personnes en situation de handicap associées à la gouvernance de l’association, Charlotte Debray a insisté sur la force d’une gouvernance collective, la nécessité de diversifier ses sources de financements, et de promouvoir d’autres représentations de la création de valeur. Avec un message-clef : se doter d’arguments et d’outils nouveaux pour l’évaluation, pour faire de l’ESS le modèle économique de demain.

     
nils forum admical
Nils Pedersen au forum Mécénat et territoire de l'Admical.


→ Vous souhaitez nous solliciter pour une intervention ou un accompagnement ? Contactez-nous !

  • 1. Jeu en cours d'élaboration