Engagement Associations et démocratie

Quelle Europe pour les jeunes engagé·e·s ?

Tribune Fonda N°241 - Une Europe inclusive, avec et pour les citoyens - Mars 2019
Animafac
Focus sur le projet « L’engagement, trait d’Union ? » déployé par Animafac en partenariat avec cinq associations nationales de jeunes.
Quelle Europe pour les jeunes engagé·e·s ?
L'engagement, trait d'Union ?

Contribution à la version numérique enrichie de la Tribune Fonda n°241, cet article ne figure pas dans la revue papier.

---
 

Par Clara Ghio, responsable des projets européens d'Animafac.

Comment les jeunes engagé·e·s envisagent-ils l’Europe, ses enjeux et ses politiques ? Quelles sont leurs aspirations pour l’avenir du continent ? Et surtout : quels liens perçoivent-ils entre leurs projets associatifs et les grands enjeux européens actuels ?

C’est à ces questions qu’Animafac a souhaité répondre en développant le projet « L’engagement, trait d’Union ? » en partenariat avec cinq associations nationales de jeunes dirigées par des jeunes : Étudiants et développement, International eXchange Erasmus Student Network – France, Jets d’encre, le Parlement européen des jeunes – France et le Réseau français des étudiants pour le développement durable (Refedd).

Financé par le programme Erasmus+ de l’Union européenne au titre de l’action-clé n°3 (« dialogue structuré »), ce projet, lancé en mai 2018, a permis à près de 350 jeunes engagé·e·s issu·e·s d’associations de tailles et de thématiques variées de participer à un processus de réflexion collective ayant abouti à la construction de quinze propositions de mesures sur l’Europe.


Pourquoi développer ce projet ?


D’après une étude de 20171, les jeunes perçoivent majoritairement l’Union européenne comme un espace économique, sans véritable existence politique, culturelle ou sociale. Une perception qui, bien que tout à fait légitime, peut sembler en contradiction avec les faits puisque l’Europe est en réalité partout, sur les territoires et dans nos quotidiens.

Les problématiques auxquelles les jeunes engagé·e·s entendent répondre grâce à leurs projets associatifs s’inscrivent ainsi la plupart du temps dans un contexte européen très fort : dérèglements climatiques, égalité femme-homme, mobilité internationale des jeunes, mais aussi accueil des migrant·e·s, ou solidarité internationale par exemple.

À l’approche des élections européennes de mai 2019, Animafac a souhaité interroger les jeunes engagé·e·s sur leur rapport à l’Europe afin d’agir à deux niveaux :

  • au niveau des décideurs tout d’abord, auprès desquels nous souhaitons porter la parole des jeunes engagé·e·s. Grâce aux projets qu’ils mènent, les associatif·ve·s développent en effet une « expertise de terrain » sur de nombreux sujets, et leurs propositions méritent d’être entendues dans le cadre des politiques européennes, qui sont souvent jugées déconnectées des préoccupations des citoyen·ne·s européen·ne·s.
     
  • au niveau des jeunes engagé·e·s ensuite, chez qui nous avons souhaité susciter une prise de conscience de l’impact que leurs actions peuvent avoir à plus grande échelle.


Les différentes étapes du projet


Afin d’atteindre ces objectifs, le projet s’est décliné en quatre étapes qui ont permis d’aboutir à quinze propositions de mesures sur l’Europe :

Dans un premier temps, chaque association partenaire du projet a réuni les associatif·ve·s membres de son réseau pour aborder les enjeux européens liés à leurs domaines d’engagement : solidarité internationale, environnement, médias et liberté d’expression, citoyenneté, mobilité internationale. Chaque journée a réuni entre trente et soixante jeunes engagé·e·s qui, accompagné·e·s d’expert·e·s des thématiques, ont identifié les enjeux liés au sujet abordé, puis élaboré collectivement de premières propositions.

Dans un deuxième temps, l’ensemble de ces propositions « brutes » ont été mises au pot commun puis triées et hiérarchisées par une centaine de jeunes engagé·e·s avec l’objectif de ne garder que les propositions jugées les plus pertinentes, prioritaires et consensuelles par le groupe.

La troisième étape a consisté en un jury citoyen. Pendant trois jours, vingt-cinq jeunes engagé·e·s aux profils diversifiés (en termes d’âge, de genre, de territoire d’action, d’expérience associative, etc.) et n’ayant pas participé aux étapes précédentes ont repris les propositions brutes pour les retravailler, les approfondir et les argumenter avec l’aide d’expert·e·s des politiques publiques. À l’issue des trois jours, le jury citoyen a adopté quinze propositions finales pour l’Europe portant sur des thématiques aussi variées que l’engagement des jeunes, la mobilité européenne et internationale, la démocratie, l’éducation, l’enseignement supérieur et le développement durable.

La dernière étape de ce projet a eu lieu le samedi 16 mars 2019, lors de l’événement « Quartier Général – Le Festival des jeunes engagé·e·s en Europe ». Dans le cadre de ce rassemblement, les jeunes engagé·e·s ayant participé au jury citoyen ont été invité·e·s à présenter puis à débattre des propositions avec des ministres.


La méthodologie du projet


Si les quinze propositions finales sont intéressantes parce qu’elles mettent en lumière la façon dont une partie des jeunes engagé·e·s perçoivent l’Europe, c’est surtout la méthodologie du projet qui nous a semblée digne d’intérêt.

Conscient·e·s que le thème de l’Europe suscite généralement peu d’intérêt - lorsque ce n’est pas du rejet - de la part d’une partie de la population et notamment des jeunes, Animafac et ses partenaires ont choisi de privilégier, pour intéresser son public à ce sujet, une approche pragmatique de l’Europe, centrée sur la façon dont les jeunes engagé·e·s la perçoivent, la vivent et la ressentent au quotidien.

Pour ce faire ont été pris comme point de départ les projets associatifs et les domaines d’engagement des associatif·ve·s - développement durable, solidarité internationale, citoyenneté, etc. - pour les connecter à des enjeux européens plus globaux.

Qu’ils gèrent une recyclerie, luttent contre les discriminations ou accueillent des étudiant·e·s internationaux, les projets des jeunes engagé·e·s ont un impact sur ce qu’est l’Europe d’aujourd’hui. Inversement les politiques publiques européennes, les mouvements citoyens ou l’émergence de contre-cultures et de nouveaux modèles de société orientent nécessairement les perspectives offertes aux jeunes engagé·e·s. En d’autres termes, l’Europe se construit aussi grâce à leurs engagements et leurs projets associatifs s’inscrivent dans un contexte européen que l’on ne peut ignorer.

Tout au long du projet, cette approche a ainsi permis aux jeunes engagé·e·s du réseau de se positionner, non pas en commentateur·rice·s d’une Europe qui leur serait extérieure, mais au contraire comme parties prenantes d’une construction sur laquelle ils agissent déjà sans en avoir toujours pleinement conscience. Après trois jours de travail collectif, un participant du Jury citoyen a ainsi témoigné : « Même si j’avais déjà des connaissances, cette expérience m’a permis d’aborder l’Europe autrement et de me réapproprier certains enjeux en lien avec mon projet associatif. ».

 

Et maintenant ?


Retrouvez prochainement les quinze propositions ainsi que des vidéo retraçant les différentes étapes du processus sur www.animafac.net.

 

  • 1. Étude « Les jeunes et l’Europe en 2017 » publiée par la fondation allemande TUI.
Une Europe inclusive, avec et pour les citoyens
Découvrez tous les articles de la tribune N°241

La Tribune Fonda n°241 explore la dimension sociale de l'Europe et la place qu'y trouvent les associations de solidarité et plus largement tous les acteurs de l'Économie sociale et solidaire.

De la même thématique

Du même auteur

La Fonda remercie ses grands partenaires