Prospective

Dix défis, dix marathons de l'innovation

Tribune Fonda N°231 - Université Faire ensemble 2020, la prospective au service de l'action - Septembre 2016
La Fonda
Cet article revient sur les dix marathons de l'innovation organisés par la Fonda lors de son université de prospective en avril 2016. L'objectif était de chercher collectivement une réponse à différents défis auxquels les associations peuvent être confrontées. Cet article réunit une synthèse globale et les présentations de chacun des marathons (données de cadrage et pistes d'actions).
Dix défis, dix marathons de l'innovation

 

Les marathons de l’innovation animés lors de l'université « Faire ensemble 2020 », organisée par la Fonda les 7 et 8 avril 2016 à Paris, ont porté sur des sujets définis à partir des préoccupations exprimées dans le cadre du comité de pilotage de l’université. Leur préparation et leur animation ont été assurées par des experts et praticiens du sujet.

Grâce à l’apport des cahiers de défis, du catalogue d’initiatives d’intérêt général ainsi que de l’expertise, du dynamisme et de la créativité de leurs cent dix participants, les marathons ont permis de « prototyper » des projets, réponses collectives à un défi posé aux acteurs associatifs et à leurs partenaires par les évolutions de notre société. Ils doivent maintenant permettre de susciter l’émergence de « communautés d’action ».

Des principes directeurs ressortent des marathons :

  • la capacité à prendre appui sur des actions existantes ;
  • l’ouverture d’un droit à l’expérimentation ;
  • l’hybridation des modèles et des relations entre les acteurs au sein d’écosystèmes voués à l’action.

L’ensemble de ces traits dessinent des caractéristiques fortes, unifiant les projets proposés et susceptibles de définir la spécificité du modèle naissant de communauté d’action.


L’innovation fruit de la convergence


Un des enseignements importants des solutions imaginées en marathon est que l’innovation ne repose pas tant sur la création ex nihilo d’idées nouvelles que sur la mise en convergence d’initiatives existantes. Les ressources existent, portées par de nombreux acteurs et l’innovation surgit par l’établissement de connexions entre elles. Si des actions nouvelles sont à imaginer, celles-ci doivent néanmoins tenir compte du cadre dans lequel elles s’inscrivent. L’enjeu clef est de créer les conditions pour prendre conscience des leviers qui existent, en vue de les intégrer, de les activer et de les agréger si besoin.

Des conditions sont cependant à réunir au préalable. En premier lieu, l’établissement d’un climat de confiance. L’établissement de chartes, ou d’un manifeste pour une évaluation partagée, peut y contribuer. Une connaissance approfondie des ressources existantes d’un territoire est la seconde condition, par exemple, grâce à un diagnostic des potentialités d’un territoire, permettant de relever les compétences de chaque acteur.

Sur le versant des outils, la cartographie en ligne a été citée comme mode privilégié de recensement des ressources existantes. L’organisation d’un événement peut aussi être une bonne manière d’encourager l’échange de bonnes pratiques.


Permettre l’expérimentation


La connaissance des ressources d’un territoire ainsi que la confiance ouvrent également le champ pour un droit à l’expérimentation, soit la possibilité de tester des solutions nouvelles, de permettre à des envies d’agir de s’exprimer ou encore à des projets de naître et d’évoluer par étapes successives. Par la création d’un nouveau cadre juridique, qui se situerait entre celui de la personne physique et de la en capacité d’inventer des règles personne morale, les communautés d’action seraient en capacité d’inventer des règles nouvelles, leur ouvrant un véritable droit à l’expérimentation. Ce droit à l’expérimentation repose avant tout sur l’existence d’espaces, numériques ou présentiels, qui offrent un cadre conjoint à la construction de projets et d’un parcours pour les individus.

Sur le versant des outils, les plate-formes peuvent ainsi permettre de prendre connaissance d’appels à projets ou de mutualiser des ressources, moyens et informations ainsi que de rassembler des envies d’agir. Elles peuvent également faciliter l’échange de pratiques inspirantes.


Un écosystème plutôt que des institutions


Que l’on parle de permettre la convergence des initiatives ou de favoriser l’expérimentation, une notion demeure centrale, celle d’écosystème. Les projets issus des marathons, de même que leurs outils privilégiés, favorisent l’hybridation des formes et la rencontre entre une pluralité d’acteurs. Ils s’incarnent dans des espaces partagés, numériques et présentiels, à des échelles variées, formés par l’intelligence collective, la densité des échanges et des projets qui en émergent.

L’écosystème, fondé sur des liens de relation et transposable à des échelles variées, devient ainsi l’échelon pertinent pour apporter des réponses à des problématiques aussi variées que l’écologie ou la recomposition des trajectoires des individus. Il permet de rassembler des ressources et des initiatives et offre un cadre pour expérimenter des convergences inédites, porteuses de solution, et les évaluer en vue de les faire progresser. Les associations, par leur capacité à susciter de l’engagement, et pour peu qu’elles continuent à se saisir des leviers émergents, notamment numériques, sont à même de s’inscrire dans cette dynamique que mettent avant les marathons.

Nous remercions l’ensemble des participants aux marathons de l’université pour leur enthousiasme, leurs idées et leur créativité.

 

Les dix marathons de l'innovation


Vous retrouverez ci-dessous l’ensemble des défis traités avec, pour chaque cahier, des données de cadrage, des pistes pour une communauté d’action et des fiches projets élaborées par le participants.
 

  • Défi « Engagement » : Comment penser des parcours d’engagement (civique) avec et pour les jeunes ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Numérique » : Comment intégrer la transition numérique dans l’élaboration et la conduite de projets associatifs ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Pouvoir d'agir » : Comment mutualiser les moyens pour accompagner le développement du pouvoir d’agir ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Démocratie » : Comment les associations peuvent-elles participer à l’émergence d’une démocratie contributive ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Écologie » : Comment les associations peuvent-elles conjuguer leurs actions aux enjeux écologiques de leur territoire ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Travail » : Comment les associations peuvent-elles accompagner la transformation des trajectoires professionnelles ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Économie » : Comment faire de l’économie collaborative une économie solidaire ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Santé » : Comment mener des démarches communautaires en santé à l’heure des transformations numériques ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Évaluation » : Comment améliorer les instruments et la logique de l’évaluation, notamment de la mesure d’impact ? → Télécharger le cahier.
     
  • Défi « Communautés d'action » : Comment financer la création et le fonctionnement des communautés d’action ? → Télécharger le cahier.

 

Ces différents défis et les communautés d'actions qui se sont créées autour d'eux ont fait l'objet d'une traduction graphique animée, consultable sur un site internet dédié.

 

Université Faire ensemble 2020, la prospective au service de l'action
Découvrez tous les articles de la tribune N°231

La Tribune Fonda n°231 propose un retour sur l'Université de prospective organisée par la Fonda à Paris les 7 et 8 avril 2016, dont l'objectif était d'éclairer les acteurs associatifs sur les mutations à l'œuvre et d'animer la réflexion collective autour de grands défis de société.

 

De la même thématique

Du même auteur