Enjeux sociétaux

Grandir sur scène avec la maîtrise populaire de l'Opéra comique

Tribune Fonda N°242 - Favoriser l'accès de tous à l'éducation - Juin 2019
Compagnie Sans Père
Faisant des arts de la scène un levier d’intégration sociale, la Maîtrise populaire réunit des jeunes de huit à vingt-cinq ans, de toutes origines sociales et non musiciens au départ.
Grandir sur scène avec la maîtrise populaire de l'Opéra comique
Gretel et Hansel, février 2019. © Quentin Croisard


Créée par Sarah Koné, directrice artistique de la Compagnie Sans Père, la première Maîtrise populaire de France, partenaire du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de la Culture, voit le jour en septembre 2016, dans le cadre d’un partenariat entre le Théâtre national de l’Opéra comique et la Compagnie Sans Père.

Cette formation d’excellence pluridisciplinaire (chant, formation musicale, théâtre, danse et claquettes) s’inscrit au cœur du parcours de l’élève et de l’étudiant, du CM1 à l’université.
 
« Pour faire son chemin d’études artistiques, il faut avoir de la chance à plusieurs reprises. Celle d’avoir un talent ne suffit pas. Il faut quelqu’un pour le reconnaître, le découvrir, l’encourager, lui laisser du temps... Tout le monde n’est pas égal devant ces chances-là. » C’est donc à la porte de l’école publique que Sarah Koné a frappé en premier et non pas à celle d’un conservatoire.

Né d’une réflexion sur l’innovation pédagogique et les méthodes actives d’apprentissage, comme la méthode Dalcroze1, ce cursus est à la fois un projet d’enseignement artistique, un projet éducatif et un projet social.

 
Un atout pour la diversité


La formation se développe en accord avec les emplois du temps scolaires des collégiens et lycéens. Recrutés chaque année sur audition et entretien de motivation, les collégiens entrent quelle que soit leur classe au collège François Couperin (Paris 4e) et les lycéens au lycée général Georges Brassens (Paris 19e) ou au lycée professionnel de l’Abbé-Grégoire (Paris 5e) pour bénéficier d’un enseignement à horaires aménagés. Le cycle post–bac fait l’objet d’un accord au cas par cas avec les universités parisiennes. De la 6ème à la faculté, les « Maîtrisiens » suivent entre neuf et dix-huit heures d’enseignements artistiques hebdomadaires.

Cette continuité entre scolarité et formation produit des effets très positifs sur le cursus général des élèves : le goût d’apprendre, les capacités d’attention et le sens des responsabilités s’en ressentent.

À ce jour, la Maîtrise populaire affiche 100 % de réussite au brevet et au baccalauréat pour ses élèves. Bien au delà de la vie scolaire, les bénéfices de cet apprentissage favorisent la façon d’appréhender la vie professionnelle et le sens du collectif.


Un recrutement ouvert à tous


Pour conforter l’ambition de diversité, le moment des inscriptions est un enjeu majeur. Depuis 2018, en plus des auditions par la voie de recrutement classique, une tournée de recrutement est organisée en Île-de-France, pour atteindre des enfants dont l’entourage social n’aurait pas spontanément encouragé la candidature. La tournée s’organise ainsi dans des écoles situées en zone d’éducation prioritaire, pouvant joindre la station Châtelet (siège de la Maîtrise) en moins de quarante minutes en métro ou RER.

En mars 2019, la Maîtrise s’est rendue à Bagneux pour auditionner douze classes de CM2 de six écoles. Sept enfants parmi les trois cents auditionnés ont été retenus et feront leur rentrée en 6ème au collège Couperin en septembre prochain.
 

mpoc
Tournée de recrutement à Bagneux. © Quentin Croisard


Un enseignement artistique d'excellence


Au sein de la Maîtrise populaire, les enfants sont d’abord des élèves, mais ils sont également des enfants du spectacle. La formation qu’ils suivent à la Maîtrise Populaire implique qu’ils montent sur scène très régulièrement. En effet, des productions, concerts et tournées ont lieu durant toute l’année scolaire, sur le plateau de l’Opéra comique ou hors les murs.

Le 1er juillet 2018, les enfants de la Maîtrise étaient sollicités par la présidence de la République pour participer à la cérémonie d’entrée au Panthéon de Simone et Antoine Veil. Quelques jours plus tard, les mêmes enfants se produisaient dans  la cour d’honneur du Palais des Papes à Avignon, pour le spectacle inaugural de la 72ème édition du Festival d’Avignon, Thyeste, mis en scène par Thomas Jolly.


L’essaimage de la Maîtrise


La Maîtrise populaire de l’Opéra comique compte aujourd’hui cent quinze élèves et poursuit son développement pédagogique et artistique. Le soutien de la fondation La France s’engage a permis de structurer l’offre pédagogique. Après la création d’un premier cycle en horaires aménagés au collège en 2016, d’un deuxième cycle au lycée en 2017, la Maîtrise populaire a ouvert un troisième cycle depuis septembre 2018 en accompagnant six élèves dont le talent et le niveau atteints leur permettent d’envisager une professionnalisation.

En septembre 2019, la pré-maîtrise qui concerne des élèves de CM1 et CM2 sera intégrée en cursus à horaires aménagés dans une école élémentaire, située en REP + (réseau d’éducation prioritaire renforcé) dans le 19ème arrondissement de Paris. Du CM1 à l’université, la Maîtrise populaire s’est dotée en trois ans de quatre cycles d’enseignement.

Aujourd’hui, l’enjeu de l’essaimage concerne la méthode et la pédagogie auprès d’un public adulte. En effet, la Maîtrise populaire de l’Opéra comique a été sollicitée pour mettre en place des sessions de formation de professeurs, dans le cadre du plan Chorale2 2 et dans les internats d’excellence soutenus par la fondation pour l’Égalité des chances. En tout, plus de cent cinquante professeurs de la France entière ont été formés par les professeurs de la Maîtrise populaire au cours de l’année scolaire 2018-2019, soit près de sept mille cinq cents collégiens et lycéens indirectement impactés.

L’ensemble de ces actions sont rendues possible grâce à l’accompagnement de partenaires et mécènes engagés : la fondation la France s’engage, la fondation SNCF, la fondation Bettencourt-Schueller, le mécénat musical de la Société générale, la fondation Engie, le programme Vivendi Create Joy, la fondation pour l’Égalité des chances, la fondation du groupe RATP, et, grâce au soutien de partenaires publics, le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Culture et la ville de Paris.


En savoir plus sur la Maîtrise populaire de l'Opéra comique.

  • 1. La pédagogie Dalcroze est une méthode d’éducation musicale qui met en relation les liens naturels entre le mouvement corporel et le mouvement musical conduisant au développement des facultés artistiques de celui ou celle qui la pratique. Voir dalcroze.fr
  • 2. En décembre 2017, les ministères de l’Éducation nationale et de la Culture ont présenté le plan Chorale prévoyant de développer les chorales sur le temps scolaire.  
Favoriser l'accès de tous à l'éducation
Découvrez tous les articles de la tribune N°242

La Tribune Fonda n°242 aborde le thème de l'accès à une éducation de qualité pour toutes et tous, tout au long de la vie, et celui de l'égalité des chances.

Elle revient sur les enjeux liés à la construction de communautés de réussite éducative.

La Fonda remercie ses grands partenaires