Engagement

Science participative, l’union fait la connaissance

Tribune Fonda N°250 - Écologie et société : nos communs - Juin 2021
Louise Vaisman
Louise Vaisman
Et Bastien Engelbach
Pour protéger l’environnement, il est nécessaire de le connaître et de le comprendre. En ce sens, des travaux de recherche sont menés afin de mieux appréhender son fonctionnement, mais aussi son évolution. Ces recherches, qui demandent notamment de la donnée massifiée et diverse, font de plus en plus l’objet de sciences participatives, en invitant des acteurs « non scientifiques professionnels » à y collaborer activement.
Science participative, l’union fait la connaissance
Ramassage de fossiles en 2017 © Markus Spiske
Merci à Laurent Couzi (LPO), Cecile Le Guen (Open Knowledge Foundation), Isabelle Rouget (Vigie-Terre), Hugo Struna (Vigie-Nature), et Brigitte Zanda (Vigie-Ciel) pour leurs éclairages. Appuyés par la loi du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche qui vise à «favoriser les interactions entre sciences et société» en facilitant «la participation du public à la prospection, à la collecte de données et au progrès de la connaissance scientifique», ces dispositifs sont aujourd’hui précieux pour rassembler de l’information, mais également pour sensibiliser et mobilis...
La suite de cet article est réservée à nos abonnés

S'abonner c’est :

  • Avoir accès à tous les contenus de la Fonda
  • Soutenir l'action d'une association indépendante et engagée en faveur du monde associatif
Analyse