Engagement

Plus radicaux les écolos ?

Tribune Fonda N°250 - Écologie et société : nos communs - Juin 2021
Anna Maheu
Anna Maheu
En 2019, l’environnement est devenu, pour la première fois, la préoccupation majeure des Français. Dans une écologie devenue consensuelle, la question de la radicalité se pose avec acuité tant dans la désignation de la racine de la catastrophe écologique que dans les modes de luttes adaptés. Au point d’interroger la pertinence d’une transition écologique, pour lui préférer l’urgence des mots et la désobéissance dans les actes.
Plus radicaux  les écolos ?
Affiche créée pour l'action de dégradation d'espaces publicitaires de la Ronce avec Extinction Rébellion Nantes © La Ronce
L’occupation de l’école AgroParisTech dans les Yvelines aura duré trois semaines. Les étudiants de cette école d’agronomie militent contre l’artificialisation des sols et la destruction de la biodiversité présente sur ce domaine. Une lutte radicale, dont les moyens d’action sont inspirés des Zones à défendre (ZAD) : assemblées générales quotidiennes, restauration collective autogérée et université populaire pour pallier la grève des cours. Du latin radix, la racine, la radicalité se caractérise par un double mouvement : remonter à la racine des problèmes et enraciner la lutte par des moy...
La suite de cet article est réservée à nos abonnés

S'abonner c’est :

  • Avoir accès à tous les contenus de la Fonda
  • Soutenir l'action d'une association indépendante et engagée en faveur du monde associatif
Analyse