Engagement Modèles socio-économiques
Article réservé
aux abonnés

Le travail gratuit des chômeurs-bénévoles. Une logique de contribution à ré-évaluer ?

Tribune Fonda N°245 - Associations et collectivités - Mars 2020
Loïc Damey
Loïc Damey
Dans nos sociétés contemporaines, les contributions des bénévoles ne sont pas considérées à leur juste valeur. Alors que les travailleurs sont jugés à l’aune de leurs apports économiques, les bénévoles effectuent une forme de travail gratuit qui n’est pas prise en compte. La particularité de nos pays développés, c’est de garantir un revenu de substitution pour ceux qui ont perdu leur emploi, même s’il est plus ou moins précaire en fonction des pays. En France, l’assurance chômage et les minima sociaux permettent de créer un pont entre deux emplois.
Le travail gratuit des chômeurs-bénévoles. Une logique de contribution à ré-évaluer ?
Parmi les personnes sans emploi se trouvent des bénévoles. On peut s'interroger sur les motivations et les modalités d’action de ces personnes. Pourquoi est-ce qu’elles s’investissent dans le bénévolat alors qu’elles sont censées rechercher un emploi ? Est-ce que le temps libéré facilite le bénévolat ? Est-ce que ces personnes apportent une contribution à la société ? Une étudeDamey Loïc, « Le travail bénévole des sans emploi, une logique de contribution à ré-évaluer ? », mémoire de recherche, master en Management des organisations, sous la direction de P. Valéau, IAE Paris - Sorbonne Busi...

La suite de cet article est réservée à nos abonnés

S'abonner c’est :

  • Avoir accès à tous les contenus de la Fonda
  • Soutenir l'action d'une association indépendante et engagée en faveur du monde associatif
Associations et collectivités
Découvrez tous les articles de la tribune N°245

La Tribune Fonda n°245 explore les relations entre associations et collectivités territoriales, leurs évolutions et modalités.

Le dossier met en avant les enjeux d’une coopération réussie entre ces acteurs à l’échelle locale, les leviers à activer pour y parvenir et les difficultés rencontrées.

La Fonda remercie ses grands partenaires