Associations et entreprises Engagement

En entreprise aussi les parcours d’engagement se personnalisent

Tribune Fonda N°239 - Les dynamiques de l'engagement - Septembre 2018
Natalia Kotelnikova-Weiler
Natalia Kotelnikova-Weiler
La diversification des dispositifs d’engagement au sein d’une même entreprise ou la sollicitation croissante des compétences personnelles des salariés sont des signaux certains d’une nouvelle tendance dans la mobilisation des salariés : la personnalisation des parcours d’engagement.
En entreprise aussi les parcours d’engagement se personnalisent

Cet article est une contribution à la version numérique enrichie de la Tribune Fonda n°239 .
Il ne figure pas dans la revue imprimée.


Engagement des collaborateurs, un atout pour l’entreprise


Les entreprises misent aujourd’hui sur l’engagement citoyen des collaborateurs dont les apports ont été démontrés [MEDEF-RAMEAU 2016] : dans la stratégie RSE, créant des liens avec les acteurs du territoire pour répondre ensemble à ses enjeux ; comme catalyseur d’innovation à la fois dans les produits et services offerts par l’entreprise et dans ses pratiques de fonctionnement interne ; et comme outil RH pour le bien-être des collaborateurs et leur développement.

Si environ ¼ des actifs sont bénévoles engagés, c’est parce qu’ils y trouvent l’occasion de se réaliser pleinement, d’être utile aux autres, de créer de nouveaux liens mais également d’y acquérir de nouvelles compétences et un nouvel élan pour leur métier. Ils constituent un renfort bienvenu aux associations, dans un contexte de raréfaction des ressources et de professionnalisation des pratiques.


Du projet collectif à la personnalisation des parcours


Ces programmes de mobilisation s’articulent autour d’un positionnement d’entreprise visant, par exemple, à s’engager face aux enjeux globaux ou encore à transposer l’expertise business au social business [Kotelnikova 2018]. Une telle posture constitue la cohérence du projet collectif d’engagement.

Sa mise en place pratique nécessite plusieurs étapes pour susciter l’envie d’engagement, le permettre concrètement et le valoriser. Ces étapes se traduisent dans des dispositifs mêlant logique RH et logique RSE à différentes doses. Côté RH ils priorisent les besoins des salariés (e.g. par des événements de sensibilisation ou l’aménagement du temps), tandis que côté RSE ils visent l’impact sociétal positif à travers des projets auxquels les salariés sont invités à participer (e.g. par la mise à disposition des compétences).

La diversification des dispositifs d’engagement au sein d’une même entreprise, leur ajustement à la fois à l’entreprise et à chacun des salariés ainsi que la sollicitation croissante de leurs compétences personnelles et non seulement professionnelles sont des signaux d’une nouvelle tendance dans la mobilisation des salariés : la personnalisation des parcours d’engagement.

Ce phénomène touche l’ensemble du monde de l’action citoyenne [Astérya 2018] et se caractérise par plusieurs aspects : la diversification, déjà évoquée, des modes d’engagement et la création de nouveaux, désaffiliés voir informels ainsi que la quête consciente de réalisation de soi à travers son engagement, une quête de sens plus globale que le matching de compétences. Ce phénomène redéfinit alors le rôle de l’entreprise dans l’accompagnement des salariés.


Les outils de l’entreprise pour accompagner cette évolution


Le rôle de l’entreprise n’est plus de fournir un projet collectif autour duquel elle doit fédérer ses salariés mais elle se fait le relai de l’autonomisation citoyenne et endosse la mission d’accompagnement des salariés vers des parcours plus personnels. Elle se fait catalyseur de citoyenneté.

Un exemple d’une telle démarche est le développement de l’intrapreneuriat social. Il mobilise à la fois la logique RH, en adressant les besoins des salariés et la logique RSE, en répondant au projet sociétal de l’entreprise. Mais il permet également aux salariés de mener leur propre projet, émanant de leurs envies et valeurs personnelles. Avec l’aide d’un intermédiaire, comme Corporate for Change, l’entreprise accompagne ses salariés dans la définition et la mise en œuvre de leurs projets personnels d’engagement.

implico est un nouvel acteur qui aide les entreprises dans ce rôle de catalyseur de citoyenneté. Son objectif est de susciter l’envie d’engagement puis d’accompagner les salariés jusqu’à la réalisation de leur projet. Pour cela plusieurs ateliers courts et formations professionnelles ont été développés pour les inspirer, les aider à se découvrir, expérimenter et comprendre leur place dans l’action citoyenne. Ces dispositifs aident les participants à identifier la manière d’agir qui leur correspond personnellement, qu’elle se réalise au sein de l’entreprise (e.g. intrapreneuriat) ou à l’extérieur de celle-ci (e.g. bénévolat).

Ils reposent sur trois grands principes : la personnalisation, intégrant toute la singularité des participants, leurs valeurs et leurs parcours ; l’autonomisation, respectant et soulignant l’expertise de chacun dans sa situation particulière ; et la capacitation (empowerment), renforçant la confiance que les personnes ont dans leurs capacités. On y découvre, par exemple, la sensibilité de certains pour des enjeux environnementaux, prenant la forme de solidarité internationale tandis que d’autres préfèrent s’investir dans leur quartier et s’impliquer pour le mieux-vivre ensemble local.


La personnalisation recèle des opportunités pour l’entreprise


La personnalisation des parcours et l’autonomisation citoyenne associée recèlent des nouvelles opportunités pour l’entreprise. Permettre des parcours personnalisés, c’est permettre la réalisation de soi à travers sa manière d’être mais aussi d’interagir. Les enjeux en sont la motivation intrinsèque et le développement de savoir-être propres à chacun. C’est aussi valoriser concrètement la diversité et la richesse des Ressources Humaines en reconnaissant la singularité et l’unicité de chacun des salariés. En prenant en mains leur propre parcours citoyen, les salariés développent leur autonomie, leur indépendance et un esprit critique, chers aux entreprises.
 



Références

[MEDEF-RAMEAU 2016] MEDEF, Le RAMEAU en partenariat avec le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et la Fondation EDF, « Construire ensemble l’engagement associatif des salariés. Guide entreprises & associations », 2016, consultable en ligne.

[Kotelnikova 2018] Natalia Kotelnikova-Weiler, « Les modalités d’engagement des collaborateurs - lecture en 6 positionnements de l’entreprise », janvier 2018, consultable en ligne.

[Astérya 2018] Anthony Lacouture, Blandine Sillard, Cécile Lizé, Léa Billen, Natalia Kotelnikova-Weiler, « L’expérience d’engagement se personnalise, comment accompagner ce processus ? », La Tribune Fonda n°239, 2018.
 

Les dynamiques de l'engagement
Découvrez tous les articles de la tribune N°239

La Tribune Fonda n°239 explore les ressorts de l'engagement, la manière dont celui-ci est promu, favorisé, accompagné, au sein du monde associatif mais également en entreprise, de manière spontanée et informelle ou dans le cadre de dispositifs organisés.

Car l'engagement, quelle que soit sa forme, avant d'être une ressource, est avant tout une aspiration.