Projets en coopération

Construction d'un cap collectif avec la prospective - Université du Faire ensemble

La Fonda
Et Bastien Engelbach, Hannah Olivetti
Pourquoi est-il important de définir un cap collectif ? En définissant un cap collectif, la communauté d’action trace un horizon de transformation que partage l’ensemble de ses membres, et en formalise la raison d’être. Le cap collectif agit donc comme un moteur pour la communauté d’action, car le tracer lui permet de formuler ce qui compte pour elle, de façon commune, mais aussi pour chacun des acteurs qui la constituent. Le cap collectif désigne ce vers quoi les initiateurs de la communauté d’action souhaitent s’orienter collectivement. Il constitue un horizon partagé, dont découlent les enjeux, les orientations et les actions. Il est le ciment collectif, qui assure la pérennité et la continuité de l’adhésion des acteurs de la communauté d’action. Il est enfin la boussole qui permet de tracer le chemin que souhaite poursuivre la communauté d’action.
Construction d'un cap collectif avec la prospective - Université du Faire ensemble
Atelier prospective Université du Faire ensemble © Agathe Thiebeaux - La Fonda

→ Télécharger le compte-rendu

Les indispensables

La prospective : une méthode pour bâtir un cap collectif

Pour bâtir un cap collectif, il est possible de s’appuyer sur les outils et les méthodes de la prospective. Elle permet de comprendre le présent, d’explorer les futurs possibles pour y déceler des enjeux et questions essentielles auxquels nous devrons apporter des réponses.

Elle débouche généralement sur l’élaboration de stratégies visant à construire un avenir souhaitable et est ainsi un formidable outil d’aide à la décision.

Il existe deux types de prospective :

  • prospective exploratoire afin de dresser un panorama des « futurs possibles » compte tenu du poids des déterminismes du passé et des projets des acteurs actuels ;
  • prospective normative, dans la continuité de la phase exploratoire, pour imaginer la société de demain et élaborer les étapes pour y parvenir.

Une démarche de prospective prend appui sur des tendances1 . On opère une distinction entre :

  • les tendances lourdes qui sont des phénomènes inévitables structurant nos sociétés ;
  • les signaux faibles qui sont des phénomènes émergents qui peuvent se généraliser et/ou introduire des changements profonds dans nos sociétés.

Exemples d’exercices prospectifs

Documenter un paysage de tendances

Les participants identifient et caractérisent les tendances sur le thème qu’il travaille, par exemple le décrochage scolaire. Il s’agit de repérer les faits et données qui exercent une influence sur ce sujet.

Par exemple : rôle du numérique dans l’éducation; articulation entre temps scolaire et temps extrascolaire; absence de maîtrise des savoirs de base; autocensure des élèves dans leur orientation; diminution du nombre de professeurs ; poids des notes sur l’orientation…

Chacune de ces tendances sera documentée avec des données objectives et des données plus subjectives. Après ce travail de documentation, il s’agit de les prioriser par rapport à deux critères :

  • l’impact de la tendance sur la problématique de la communauté d’action;
  • le pouvoir d’agir de la communauté d’action sur la tendance.

Ce travail de priorisation va permettre de fixer les grands sujets sur lesquels la communauté d’action souhaite agir.

Définir un futur souhaitable et formuler des questions essentielles

Définir un futur souhaitable permet d’identifier les principales transformations que l’on souhaite faire advenir par notre action.

Pour cet exercice, les participants réfléchissent aux caractéristiques de ce futur souhaitable, où il n’y aurait aucune contrainte ou aucun frein.

Par exemple: les jeunes peuvent s’orienter librement, en fonction de leurs envies et attentes; aucun élève ne sort du système scolaire sans maîtriser les savoirs de base; tous les types de parcours éducatifs sont valorisés, avec une meilleure articulation entre l’éducation formelle, l’éducation non formelle et l’éducation informelle.

Ils les priorisent ensuite pour formuler des questions essentielles. Ce sont des questions structurantes auxquelles la communauté d’action souhaite apporter des solutions.

Par exemple: Comment accompagner le développement des compétences des jeunes pour leur permettre de trouver leur place? Comment mieux repérer les signaux de décrochage scolaire? Comment mobiliser les moyens nécessaires pour qu’aucun élève ne sorte de l’école primaire sans maîtriser les savoirs de base?

En résumé

Un cap collectif donne à une communauté d’action sa raison d’être et sa boussole. Il permet d’orienter l’action collective. Pour bâtir collectivement un cap collectif, étape fondatrice essentielle d’une communauté d’action, la prospective est une méthode pertinente.

À partir d’une analyse rigoureuse du présent, de la documentation de tendances, elle permet d’explorer des futurs possibles, d’y déceler des enjeux et questions essentielles et de définir un futur souhaitable, celui que les acteurs de la communauté d’action souhaitent contribuer à bâtir.

Deux exercices simples peuvent permettre d’amorcer une démarche prospective : un travail de relevé et documentation de tendances ; un travail d’élaboration d’un scénario idéal pour l’avenir.

Ressources bibliographiques

Ce compte-rendu a été rédigé par Hannah Olivetti dans le cadre de l’Université du Faire ensemble organisée par la Fonda. Il est mis à disposition sous la Licence Creative Commons CC BY-NC-SA 3.0 FR.

→ Télécharger le compte-rendu

CR Illustrations Prospective Uni Faire ensemble

  • 1Une tendance est un phénomène observable, mesurable, voire quantifiable, qui va exercer une influence sur le domaine d’activité que l’on prend en considération.
Outils et ressources utiles