Engagement

L’utopie, vecteur de transformation

Tribune Fonda N°250 - Écologie et société : nos communs - Juin 2021
Sandrine Roudaut
Sandrine Roudaut
Autrice et conférencière, Sandrine Roudaut se définit comme « chercheuse-semeuse d’utopie ». Après avoir rédigé deux essais consacrés à l’utopie et ses ressorts, elle vient de publier Les Déliés, un roman qui propose un imaginaire positif et décrit la bascule de notre monde. Cet entretien revient sur l’importance de l’utopie et sur le rôle de l'imaginaire pour penser le futur.
L’utopie, vecteur de transformation
Utopia de Saul Steinberg, 1974 © The Saul Steinberg Foundation
Sandrine Roudaut répond aux questions de Bastien Engelbach de la Fonda. Quel sens donnez-vous à l’utopie ? L’utopie est en général perçue de manière négative, reléguée à ce qui est irréalisable. Or, c’est une façon de penser l’essentiel pour le transformer. Face aux freins psychologiques, — les peurs, le sentiment d’impuissance — il existe des leviers qui sont plus forts et c’est en les étudiant que j’ai compris l’efficacité de l'utopie. Le désir, puissance d’être de l’être humain, est le premier de ces leviers. Sans désir d’un autre monde, on ne peut pas le changer. L’autre levi...
La suite de cet article est réservée à nos abonnés

S'abonner c’est :

  • Avoir accès à tous les contenus de la Fonda
  • Soutenir l'action d'une association indépendante et engagée en faveur du monde associatif
Opinions et débats