Enjeux sociétaux

Lecture : Résonance, de Hartmut Rosa

109
Bernard Grozelier
Bernard Grozelier
« Si l’accélération constitue le problème central de notre temps, la résonance peut être la solution. » Cette thèse centrale que l’auteur entend développer dans cet ouvrage magistral paraît presque prémonitoire au moment où la crise sanitaire nous oblige à marquer une pause et va très certainement nous imposer une révision fondamentale des critères d’une vie réussie dans une époque post-croissance. 
Lecture : Résonance, de Hartmut Rosa

Dans Accélération : une critique sociale du temps, le sociologue et philosophe allemand Harmut Rosa, qui s’inscrit dans la longue tradition critique de l’École de Francfort, avait établi que la dynamique qui caractérise le mieux la modernité est une accélération sociale qui est celle de la technique, du changement social et des rythmes de vie et qui entraîne nos sociétés modernes dans une forme d’escale permanente et sans fin. Cet accroissement est, selon Rosa, inéluctable puisque nécessaire à la reproduction même de cette structure sociale de la modernité tardive, qui ne peut se stabiliser et se perpétuer que par une augmentation continue via la croissance, l’innovation permanente et une mise en concurrence généralisée de nos ressources et de nos vies.

Cette dynamique aveugle entraîne un dérèglement fondamental de notre rapport au monde dont la crise écologique, le rapport à la démocratie et la multiplication des cas de burn-out sont les manifestations les plus visibles. Avec Résonance, Hartmut Rosa se pose en quelque sorte en « médecin » pour proposer ses solutions : une sociologie de la vie bonne qui prend comme critère de réussite d’une vie la qualité de nos relations au monde et non l’extension indéfinie de nos ressources et de notre accès à celui-ci.

La résonance est la clé de cette relation réussie au monde. Elle peut être décrite comme l’expérience d’une « corde vibrante » qui nous relie à celui-ci, dans un rapport où nous exprimons quelque chose et où le monde nous répond. Elle s’oppose aux relations « froides », « muettes » et « sourdes » qui sont celles d’un rapport aliéné et purement instrumental au monde. La résonance implique également une capacité de transformation mutuelle entre soi et le monde et des limites dans nos possibilités de le manipuler. Mais la résonance ne se confond pas avec la décroissance dont Rosa n’est pas spécialement partisan.

L’auteur commence par une analyse remarquablement étoffée des différents aspects de notre relation au monde sous l’angle de la résonance. Les dimensions corporelles, émotionnelles et cognitives, celles par lesquelles nous prenons place dans le monde et nous y rapportons.

Mais la résonance n’est pas une expérience purement individuelle et subjective car elle met en relation des sujets avec des formations sociales, culturelles, institutionnelles, qui favorisent (ou non) ces rapports de résonance et ces dernières sont des structures préexistantes au sujet et pouvant donc faire l’objet d’une l’analyse sociologique de la vie bonne.

Ce « pôle objectif » de la relation de résonance, qui se rapporte au monde extérieur, s’analyse suivant trois dimensions. La dimension horizontale concerne les relations sociales, la famille, l’amitié, la politique. La dimension diagonale est celle des relations au monde matériel où Rosa nous rappelle qu’avant les Lumières, il était tout à fait admis de « prêter une voix » aux objets non humains et que le rapport seulement instrumental aux choses a appauvri notre rapport à la nature et au monde. Enfin la dimension verticale est celle de notre rapport au monde pris comme totalité englobante et transcendant l’individu, il s’agit de la religion, de la nature, de l’art et de l’histoire.

Or, sur ces différents axes la modernité tardives a certes produit, selon Rosa, une « sensibilité accrue à la résonance » mais aussi une « catastrophe de la résonance » liée à des institutions de la société toutes orientées vers l’accroissement et qui entraînent un rapport au monde et à soi-même réifié car fondé sur une contrainte permanente d’optimisation.

La théorie de la résonance offre une perspective optimiste quant à la capacité à penser la réussite de la vie individuelle et collective dans une époque où ce ressort qu’est l’accélération commence à se briser. Rosa ne fait pas pour autant l’éloge d’un retour au passé ni ne défend une organisation sociale particulière. Sa théorie de la résonance est englobante et va au-delà d’un rapport simplement poétique et harmonieux au monde en incluant notamment la politique. Il nous reste à trouver la déclinaison concrète d’une telle ambition !

 

Hartmut Rosa, Résonance - Une sociologie de la relation au monde, La Découverte, 544 pages

Analyses et recherches