Enjeux sociétaux

La coopérative d'énergie citoyenne, levier de la transition énergétique

Tribune Fonda N°243 - Vers une transition énergétique citoyenne - Septembre 2019
Maud Bourcereau
Maud Bourcereau
La coopérative d’énergie citoyenne est un modèle émergent de production d’électricité décentralisée, initié par des acteurs souhaitant impulser une transition énergétique au niveau des territoires. Dans quelles conditions et avec quel soutien doit-elle se déployer pour constituer une alternative viable ?
La coopérative d'énergie citoyenne, levier de la transition énergétique
Les REVE, rencontres européennes de l'énergie citoyenne,13-15 juin 2019, Redon. © Énergie partagée.

L’approche essentiellement technique du processus de décentralisation de la production d’électricité révèle une sous-estimation de la place du territoire local  au sein du réseau électrique. Le modèle coopératif citoyen donne une proximité au processus de transition. Il est initié par une frange de la population émanant des territoires, adeptes précoces et intuitifs du changement. Ces praticiens que l’on nomme ainsi tant ils agissent et soignent le lien social, incarnent un nouveau modèle qui pourrait devenir le premier maillon de la nouvelle chaîne énergétique en mal de visibilité, à condition de lui en donner les moyens.


Genèse des initiatives citoyennes 


« Coopératives citoyennes », « communautés énergétiques », « projet collectif », « sociétés locales à gouvernance citoyenne », « centrales villageoises » :  la multitude des termes employés pour nommer ce concept révèle à la fois un développement significatif — plus de trois cents projets sont menés partout en France1 — et une maturité insuffisante pour réellement imprégner le paysage énergétique. Le modèle représente en 2018 moins de 3 % des capacités totales en France. Ce type de communauté n’est pas nouveau. Il entre en résonance à un précédent mouvement de fond qui a émergé à l’aube d’un autre bouleversement, au 19ème siècle quand la révolution industrielle a incité les classes moyennes à se rassembler2.

Le principe est le même pour chaque collectif qui se lance. Au sein d’un territoire restreint, des réunions d’information sont organisées par un groupe de citoyens et/ou une commune. Grâce à une forte mobilisation initiale captée par des films tels que Demain3, des personnes, collectivités, entreprises et associations se constituent en société locale de production. La société monte le projet d’énergie renouvelable sur plusieurs mois et finance les installations (60 % sont des centrales photovoltaïques) grâce à des fonds propres et un complément par un prêt bancaire. La société est ensuite propriétaire des installations de production. Elle loue les toitures ou terrains à leurs propriétaires publics ou privés. Elle assure l’exploitation des installations et vend à EDF l’électricité injectée sur le réseau. Les recettes issues de la vente d’électricité génèrent des bénéfices, dont l’affectation est décidée en assemblée générale (mise en réserve, investissement dans de nouveaux projets d’intérêt collectif, distribution de dividendes aux actionnaires). Signe d’un seuil atteint, elles se sont rassemblées pour la première fois en juin dernier à Redon dans le cadre des REVES4. CEVIVAL, par exemple, une société SAS gérée en coopérative sur les Vallons du Lyonnais, rassemble cent trente personnes.
 
Le collectif s’est constitué en mars 2017 après une phase de mobilisation entamée à l’automne. Un noyau dur de quinze personnes a convaincu des épargnants et des entreprises d’investir dans le projet. La région s’est engagée sur une participation à hauteur de 130 000 euros. Après avoir bouclé un budget de 500 000 euros, le collectif exploite aujourd’hui dix-neuf installations photovoltaïques de 9kWc (kilowatt-crête) sur le territoire, inaugurées en mai 2019.

 

coopawatt2
Panneau fixé sur l'école F. Buisson à Bron. La coopérative Toits en Transition a permis l'équipement de panneaux photovoltaïques pour une production annuelle de plus 11 000 kWH.


Un modèle embryonnaire


Le modèle économique est viable (les coûts d’investissement sont connus, les prix de vente sont fixés sur vingt ans,  un seul client bien identifié EDF). Mais les sociétés pionnières, comme Énergies citoyennes en Pays de Vilaine qui existe depuis 2003 et emploie seize salariés, ne reflètent pas l’état général embryonnaire en France. Les questions du raccordement électrique et des tarifs d’achat résument à elles seules la complexité d’un dispositif administratif bien français.

Les premières réalisations aboutissent « échéances après échéances » grâce à la capacité d’action de celles et ceux qui forment le noyau dur des collectifs. Les groupes s’organisent autour d’une charte co-écrite et en commission (finance, communication, exploitation…). Chacun propose ses compétences. Hommes, femmes, retraités, actifs, techniciens, déjà engagés dans la vie associative... il est difficile pour autant de distinguer une tendance majoritaire qui définirait une sociologie précise de ces bénévoles. Néanmoins, on n’y rentre pas « par hasard » souligne Olivier Aiglon, membre du CEVIVAL. L’engagement s’inscrit « dans une culture, une prise de conscience de ce qui se passe. »5

Il faut reconnaître à ces praticiens de la transition énergétique une capacité au-dessus de la moyenne à se positionner au sein d’un groupe qui ne se connaît  pas, fonctionne sans hiérarchie, et récolte des fonds importants de manière désintéressée. Le travail du collectif s’inscrit dans une relation de confiance avec les élus locaux. Ces derniers assistent aux réunions et sont perçus comme des facilitateurs ; ils assurent un soutien logistique et trouvent les bonnes personnes au sein des administrations. Plus important, les collectivités financent pour le groupe un accompagnement professionnel utile en phase de mobilisation et de création de société locale.

 

coopawatt
Partage d'expérience à l'initiative de Coopawatt à Thiers, le 4 juillet 2019. © Coopawatt


Une production sociale de l'électricité


Lorsque les panneaux photovoltaïques apparaissent sur les toits, les praticiens espèrent qu’ils constitueront autant de nouveaux repères visuels pour convaincre les autres que l’on peut faire des choses à son échelle. Car l’opinion publique méconnaît son électricité. Les mentalités changent moins vite que les techniques. L’énergie nucléaire a figé nos modèles mentaux dans l’illusion que l’électricité était un bien de consommation comme un autre. Et le retournement nécessaire de l’horizon s’appuie sur un concept mou, reposant sur des sigles en tout genre (PCAET, SRADDAET...). Insuffisant pour emporter les foules.

Où agir ? On dit que les révolutions naissent à la marge. À la périphérie du réseau électrique donc, sans même le formuler pour l’heure, ces poignées d’irréductibles pratiquent la transition énergétique sans se poser de question sur leur légitimité. De l’intérieur, ils créent une densité de liens, de relations apaisées et de production verte, sur des potentialités énergétiques souvent trop faibles pour intéresser les opérateurs privés. Peu importe la faible quantité d’électricité injectée au regard des enjeux globaux, les kilowatts qu’ils produisent ont une valeur sociale. Un maillon manquant de la chaîne énergétique apparaît alors, le premier, celui que les politiques énergétiques d’après-guerre ont occulté, contribuant au fil des décennies à une désaffection du lieu local.

Dans nos sociétés modernes, la mondialisation a absorbé le local et les infrastructures de l’électricité centralisée, s’ajoutant aux paysages, ont masqué la nécessité de laisser le territoire, celui dont on dépend au quotidien, définir sa propre contribution énergétique. Il est plus que nécessaire de donner une cohérence territoriale à toutes les échelles du réseau électrique et panser les tensions qui apparaissent quand les emboîtements ne sont pas respectés6.


Protéger la coopérative du 21e siècle


Une fois le cap de la mise en service franchi, l’heure est à la réflexion au sein des collectifs. Comment convertir les premières actions de court-termes en organisation viable sur plus de vingt ans puisque c’est la durée d’exploitation des sites ? Comment structurer l’échelle locale de la transition énergétique ? D’abord, avec humilité, se donner l’ambition de le faire. Ensuite, les pratiques traditionnelles de communication doivent s’adapter pour participer à l’intégration durable du modèle dans le quotidien local 7 et non pas seulement le défendre comme un pré carré. La protection réglementaire des coopératives devrait venir de l’Union européenne qui en 2018 a reconnu explicitement les communautés citoyennes d’énergie et leur intérêt spécifique pour la mise en œuvre des politiques énergie-climat. La transition écologique a autant besoin de sources de production décentralisées que de liens sociaux et de repères géographiques. Les conditions de déploiement doivent englober ces paramètres.
 
Un accompagnement professionnel renforcé et spécialisé permettrait d’apporter plus de sérénité dans le fonctionnement des coopératives et les rendrait plus attractives pour la seconde frange de la population qu’il reste à toucher.

La territorialisation des gouvernances citoyennes doit faire l’objet d’une attention constante. Il sera utile de renforcer les interactivités avec les pouvoirs publics, les acteurs économiques locaux, les autres projets sectoriels des circuits courts et les jeunes générations. La question du temps bénévole est souvent évoquée. Des solutions structurantes avec, par exemple, la création d’un compte universel permettant de faire une pause professionnelle pour s’impliquer un moment dans la société locale8, sont à imaginer.

Bon nombre de schémas mentaux sont à défaire pour dessiner les contours du modèle coopératif du 21ème siècle et obtenir l’adhésion autour de solutions hybrides et entrepreneuriales9. Au nom de la résilience des réseaux électriques, les acteurs classiques de la filière doivent accueillir les praticiens de la transition. Le premier maillon de la chaîne devra être intégré à des expérimentations techniques sur le stockage et les smart grid. Car il ne s’agit pas de créer des circuits fermés mais bien de faire des territoires à énergies positives la nouvelle norme territoriale. L’enjeu est considérable, il est local.
 

 

Depuis 1981, la Tribune Fonda analyse le fait associatif au travers de plus de 910 articles ! Aujourd'hui, nous avons besoin de votre soutien.

Si nous pensons que la connaissance est un bien commun, la mobiliser, la mettre en forme, la partager, a cependant un coût. C'est pourquoi nous lançons une campagne pour convaincre (au moins) 100 personnes supplémentaires de s'abonner d’ici la fin d’année 2020.

Abonnez-vous pour que nous puissions continuer à mobiliser des éclairages nombreux et variés dans nos colonnes et en ligne.

 

 

  • 1. « Les projets participatifs et citoyens d’énergies renouvelables en France : état des lieux et recommandations » , Andreas Rüddinger, IDDRI, mai 2019.
  • 2. Les Coopérateurs, deux siècles de pratiques coopératives, éditions de l’Atelier, Patricia Toucas.
  • 3. Move Movie, France 2 Cinéma, Mars Films, Mely Productions, Cyril Dion, Mélanie Laurent, 2015.
  • 4. Rencontres européennes des énergies citoyennes, Energie partagée, 13-15 juin 2019, Redon
  • 5. Extraits d’entretiens audios menés par L. Aubursin, T. Le Bris et des membres de CEVIVAL, 2019 dans le cadre des activités de Coopawatt.
  • 6. Cf. Un sol commun, écologie et territoires, entretien avec B. Latour, M. Schaffner, 2019, éditions World Project.
  • 7.  Développement durable, une communication qui se démarque, sous la direction de S. Tremblay, N. D’Almeida, T. Libaert, Presses de l’Université du Québec, 2018.
  • 8. Les Échos, « Je suis trentenaire et je veux partir à la retraite », Gaspard Koening, 10 juillet 2019.
  • 9. Stratégie modèle mental, cracker enfin le code des organisations pour les remettre en mouvement, P. Silberzahn, B. Rousset, Diateino, 2019.
Analyses et recherches
Étude de cas