Associations et démocratie Enjeux sociétaux

Articuler la société civile à la politique pour retrouver la confiance

Tribune Fonda N°251 - Impuissance démocratique : comment retrouver le pouvoir d’agir ensemble ? - Septembre 2021
Nils Pedersen
Nils Pedersen
Editorial pour la Tribune #251 « Impuissance démocratique : comment retrouver le pouvoir d’agir ensemble ? »
Articuler la société civile à la politique pour retrouver la confiance

À l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, l’Afghanistan est tombé sous la coupe des Talibans et voit ainsi sa société civile muselée pour les décennies à venir. Un peuple meurt, privé de ses libertés.
D’autres, dans le monde, meurent privés de vaccins et de soins. Sur notre continent, une partie de nos concitoyens sont, eux, en guerre contre une soi-disant « dictature sanitaire » qui aurait comme étendard un pass sanitaire, qui leur offre pourtant la liberté de circuler dans le monde entier.

N’aurions-nous pas oublié l’essence même de nos démocraties occidentales, dont la liberté est l’un des piliers fondamentaux ?

Pour autant, force est de constater que même sur notre propre continent, la liberté est confrontée à des menaces toujours plus nombreuses. Certes, nul opposant ne croupit dans les prisons des États membres de l'UE pour le crime d’avoir contesté — par leur seul verbe — les gouvernements en place. Néanmoins, les regards se tournent aisément vers la Pologne ou la Hongrie, moutons noirs de l’Europe, quand il s’agit de dénoncer les régressions démocratiques. La France, pays des Lumières, est-elle pour autant exempte de critiques ?

Jean-Baptiste Jacquin, journaliste au Monde, souligne que, depuis 2015, « [...] la France aura vécu plus de la moitié du temps sous l’empire d’un régime dérogatoire au droit commun. Une anomalie inquiétante en temps de paix1.» Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU s’est quant à lui inquiété des dérives contenues dans le projet de loi sécurité globale, « en contradiction avec la Déclaration universelle des droits de l’homme2». Sans parler de la loi sur les principes républicains, qui vient porter un sérieux coup de canif à la loi de 1901 sur la liberté d’association, pourtant reconnue comme socle constitutionnel depuis 1971.

Il semble que, dans la période actuelle, chacun cherche à faire prévaloir sa propre définition rhétorique de la « liberté », comme une sorte de valeur relative et évolutive au gré des humeurs.

Peut-on réellement se résigner devant cette fatalité ?

La situation est suffisamment inquiétante pour que même le MEDEF organise ses universités d’été sous le sceau des libertés « rognées et écornées ». Gageons que nul ne fera commerce de la liberté, qui ne doit pas devenir une marchandise bradée sur l’autel de la mondialisation au profit de citoyens-consommateurs.

Car la liberté, au fond, n’est pas celle du libéralisme économique. Elle fonde nos démocraties et donc notre État de droit. Les atteintes qui lui sont portées sont insidieuses, autant par méconnaissance que par indifférence. Il est encore temps de nous ressaisir pour que l’individualisme ne mette pas en péril nos capacités d’actions collectives, dont l’associativité est le creuset. Mais cette crise démocratique est aussi l’expression d’un symptôme plus profond : nos sociétés contemporaines n’ont plus d’horizon commun à atteindre.

La politique n'est plus émancipatrice, utopiste ni transformatrice.

Elle est gestionnaire, renfermée sur elle-même et à la remorque des grands enjeux mondiaux3. Elle a oublié qu’elle était d’abord au service des citoyens, et non d’elle-même. Et c’est justement parce que le personnel politique ne trouve plus à répondre aux besoins du collectif — et de ses libertés fondamentales — que les collectifs s’éloignent des élus. Ces mêmes élus au pouvoir qui, démunis et impérieux, cherchent à contrôler une société civile qui ne peut se satisfaire ni de l’immobilisme ni du rétrécissement de l’espace qui est le sien.

Les réponses sont, hélas, aux antipodes des racines du mal : rogner toujours plus les libertés, au motif que l’État serait le seul garant de l’intérêt général et du bien de chacun. Pourtant, faire confiance à l’intelligence collective serait une première étape vers une démocratie qui pourrait articuler avec apaisement société civile et politique.

 

  • 1. Jean-Baptiste Jacquin, «L’état d’urgence, un poison lent qui engourdit la démocratie », Le Monde, 2 juillet 2021.
  • 2. France 24, « L’ONU demande le retrait de l’article 24 de la loi sécurité globale en France », 6 décembre 2020.
  • 3. La Fonda a suffisamment disserté sur ce sujet pour ne pas développer ce constat.
Éditorial