Innovation sociale Économie sociale et solidaire

Alimentation solidaire et économie locale

Tribune Fonda N°233 - Les clés de l'innovation sociale - Mars 2017
Le Groupement régional alimentaire de proximité (GRAP)
Focus sur l'action du GRAP
Alimentation solidaire et économie locale

Cet article est une contribution de la version numérique enrichie de la Tribune Fonda n°233. Il ne figure pas dans la revue papier.


Le GRAP, pour Groupement régional alimentaire de proximité, est un groupe coopératif d’entrepreneurs dans l’alimentaire bio et local en région Auvergne-Rhône-Alpes, qui regroupe soixante-cinq entrepreneurs dans vingt-cinq activités économiques autonomes (magasins bios, ateliers de boulangerie, chocolaterie ou fabrication de repas bios pour les crèches, restaurants-traiteurs, etc.)

Ces activités mutualisent des services (comptabilité, paie, informatique, accompagnement, formation), partagent des synergies opérationnelles (approvisionnement, commandes groupées, logistique, etc.) et vivent une aventure collective au sein de GRAP.


SE REGROUPER POUR MIEUX AGIR

Au début des années 2010, le besoin de se doter d’un outil structurant pour la filière a été l’élément déclencheur de la création du GRAP. Après une décennie 2000 pionnière en matière de création et de développement de multiples initiatives, l’heure semblait venue de construire le « deuxième étage de la fusée », c’est-à-dire un cadre de mutualisation et coopération entre les initiatives existantes et à venir.

L’innovation sociale portée par GRAP s’incarne principalement dans le mode d’organisation de l’entreprise et la conception du travail. Ainsi :

  • le projet du GRAP est un projet de transformation sociale qui recherche la cohérence entre les dimensions écologiques (agro-écologie et agriculture biologique, réduction des emballages et du transport), socio-économiques (juste rémunération des acteurs tout au long de la filière, prix accessibles, réduction des inégalités) et politiques (fonctionnement démocratique dans l’organisation, propriété collective de l’outil de production) ;
  • l’entreprise « collective » est aussi une entreprise « étendue » (douze structures juridiques reliées humainement et juridiquement) au sein de laquelle coopèrent des entrepreneur.e.s qui partagent un même sentiment d’appartenance, se sentent « collègues » ;
  • l’organisation s’appuie sur une modèle hybride entre CAE (coopérative d’activités et d’emploi) mutualisant des services supports et groupe coopératif spécialisé sur un secteur et déployant sa stratégie de développement propre ;
  • le projet du GRAP prévoie la création de cadres de travail innovants adaptés aux mutations du monde du travail (statut d’entrepreneur salarié).


© Le GRAP


UN RÉSEAU MULTI-ACTEURS

Le projet GRAP est déjà en soi un réseau multi-acteurs au sein duquel coopèrent vingt-cinq activités économiques autonomes mais reliées.

Le groupe a également tissé des partenariats forts avec d’autres coopératives bio (coopératives La Carline et Ferme des Volonteux dans la Drôme) pour accroître la structuration de la filière.

Il participe à un pôle de coopération des acteurs de l’alimentation durable à Lyon (Le Bol) et est administrateur de Bioconvergences qui réunit les acteurs de la transformation et distribution de produits bios en Auvergne Rhône-Alpes.


EN CHIFFRES

  • Le GRAP et ses activités associées mobilisent 72 personnes.
  • 7 personnes composent l’équipe de gestion des services mutualisés
  • 58 personnes sont salariées (46 ETP) - 48 emplois (36 ETP) ont été créés en 4 ans, et 10 emplois ont été consolidé
  • 11 entreprises ont été créées en 4 ans, dont 4 coopératives
  • 14 projets sont en phase de création

 


Les clés de l'innovation sociale
Découvrez tous les articles de la tribune N°233

La Tribune Fonda n°233 propose d'explorer la notion d'innovation sociale, au cœur du fait associatif, à travers de nombreuses analyses et exemples.

 

La Fonda remercie ses grands partenaires