Innovation sociale

Projet en coopération - Bénévalibre

Bastien Engelbach
Bastien Engelbach
Dans le cadre du programme Faire Ensemble 2030, la Fonda souhaite valoriser les coopérations pluri-acteurs qui sont mises en oeuvre. Cette fiche montre comment des acteurs coopèrent pour développer un outil numérique valorisant le bénévolat dans les structures associatives.

Présentation

La valorisation du bénévolat dans les structures associatives devient de plus en plus nécessaire. Par exemple, pour celles qui choisissent de la monétariser, elle permet de relativiser la proportion des subventions des collectivités ou de l’État le cas échéant. Pour réponde à ce besoin, un collectif d’associations a choisi de faire développer et de mettre à disposition un outil dédié : Bénévalibre. Même si ce logiciel libre est d’abord destiné aux très petites associations, il peut répondre aussi aux besoins des plus importantes.

De nombreuses discussions ont eu lieu lors de la construction du cahier des charges et les tentations étaient nombreuses de rajouter telle ou telle fonctionnalité. Néanmoins, le comité de pilotage a essayé de garder comme ligne directrice la simplicité de l’outil et a tenté de privilégier les bénévoles qui ne sont pas à l’aise avec les outils numériques.

Ainsi, le logiciel permet à un bénévole d’inscrire simplement, via son smartphone ou à l’aide d’un ordinateur, les actions effectuées pour l’association ainsi que le temps passé pour chacune. Le bénévole ou salarié de l’association qui a les droits sur l’application peut, lui, avoir une vue d’ensemble des actions, des bénévoles et du temps cumulé. Il est possible aussi de saisir les informations pour un bénévole qui ne serait pas à l’aise avec les outils informatiques.

Parties prenantes

  • Porteur du projet : CRAJEP (Comité Régional des Associations de Jeunesse et d’Éducation Populaire) de Bourgogne-Franche-Comté
  • Partenaires financiers : Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté et Fondation du Crédit Coopératif
  • Partenaires experts chargés de garder l'éthique du projet : April et Framasoft
  • Partenaire technique chargé du développement : CLISS XXI (Société Collective d'intérêts coopératifs)

Zone géographique

Projet initié en Bourgogne-Franche-Comté mais dont l’objet concerne l’ensemble des associations. Les associations inscrites à l’heure actuelle et les bénévoles déclarant leurs actions montre une répartition géographie bien plus large.

Résultats

Le tableau ci-après montre la progression de l’usage du logiciel ces derniers mois (le lancement de la v1 s’est faite le 15 septembre 2019) :

Date Associations Actions de bénévolat
30/09/19 60 250
06/11/20     136 787
14/01/20   353 1853
06/02/20      418    2197

 

Perspectives

 

Le collectif souhaite produire des supports pédagogiques afin de faciliter la formation et l’accompagnement.

Un des objectifs sera aussi de faciliter l’installation par les associations elles-même pour qu’elles soient en responsabilité et qu’elles puissent maîtriser leurs données. Cela va dans le sens d’une décentralisation d’Internet et donc d’une dispersion du pouvoir sur les données par les entreprises dominantes de l’Internet.

L'enseignement ou problématique à caractère stratégique relatif à la mise en place de la coopération 

La mise en lien d’univers associatifs qui se connaissaient peu a été un élément notable du projet. Les associations d’éducation populaire « vénérables » (comme celles regroupées au sein du CRAJEP) et les associatifs libristes telles l’April et Framasoft ont trouvé une occasion de mieux se connaître et de coopérer. Pour les premières, cela a été l’occasion de découvrir les ressources et les convergences qui pouvaient exister dans l’univers informatique avec les valeurs qu’elles défendent d’une manière générale. Elles y trouvaient aussi une expertise précieuse et la matière pour consolider formations et accompagnement dans leur réseau respectif. En particulier, il y a convergence forte sur l’accès à la culture et aux savoirs pour le plus grand nombre comme condition inséparable de l’exercice de la de la citoyenneté. Pour les secondes, cela a ouvert la possibilité d’être relayées plus amplement auprès de publics susceptibles de recevoir positivement ces alternatives libres éthiques et respectueuses des utilisateurs.

Le second point notable est celui du modèle économique : par la pratique et la réussite, le collectif a montré que produire en commun un logiciel libre utile à toutes les associations était chose possible. Pour l’occasion chacun a dépassé les approches traditionnelles qui consistent à produire pour soi et à ne pas partager. Le « commun » ainsi réalisé (de surcroît par une Société Coopérative d’Intérêts Collectifs) est donc aussi mieux investi par l’ensemble des contributeurs.

Site

https://benevalibre.org

Cas pratiques et initiatives