Modèles socio-économiques Innovation sociale

Le déploiement à grande échelle des innovations associatives ne pourra pas se faire exclusivement sur fonds privés.

Tribune Fonda N°251 - Impuissance démocratique : comment retrouver le pouvoir d’agir ensemble ? - Septembre 2021
Julien Adda
Julien Adda
Et Anna Maheu
Créé dans la banlieue de Besançon en 1991, le premier Jardin de Cocagne s’inspirait d’une exploitation maraîchère biologique suisse à caractère coopératif. Réunis dans le Réseau Cocagne, ce sont aujourd’hui 102 Jardins qui nourrissent 31 000 foyers et emploient 5 650 salariés (dont 4 800 en insertion en flux par an). Julien Adda, directeur du Réseau, revient sur le projet politique de ces Jardins, la transition écologique et sociale dans laquelle ils s’inscrivent ainsi que les obstacles que cette transition rencontre.
Le déploiement à grande échelle des innovations associatives ne pourra pas se faire exclusivement sur fonds privés.
Récolte dans un jardin de Cocagne en mars 2013 © Christophe Goussard
Julien Adda répond aux questions d'Anna Maheu de la Fonda. Que sont les Jardins de Cocagne ? Au-delà de notre mission sociale première, en tant qu’association, nous répondons à des problématiques agricoles, comme le besoin de relocaliser l’offre de fruits et légumes pour répondre à la demande d’autonomie alimentaire tout en créant du développement local en emploi inclusif. Nous expérimentons la formation des paysans à partir de notre action d’insertion associative à Lorient avec deux personnes installées (« fais pousser ton emploi »), et désormais dans la Drôme, avec cinq personnes ac...
La suite de cet article est réservée à nos abonnés

S'abonner c’est :

  • Avoir accès à tous les contenus de la Fonda
  • Soutenir l'action d'une association indépendante et engagée en faveur du monde associatif
Opinions et débats