Innovation sociale

Projet en coopération - programme KAPS (exemple de l'antenne parisienne)

AFEV
Dans le cadre du programme Faire Ensemble 2030, la Fonda souhaite valoriser les coopérations pluri-acteurs qui sont mises en œuvre. Cette fiche montre un exemple concret du programme KAPS.

Présentation de l’initiative 

Les KAPS, Kolocations à Projets Solidaires, ont été créées en 2010. Elles constituent un projet novateur en termes d’offre de logements à destination des étudiants et de développement solidaire durable des quartiers dits « populaires ». Le principe est le suivant : les étudiants se voient proposer un logement à loyer modéré dans un quartier au sein duquel ils vont développer des projets pour les habitants. Le projet Kaps est ainsi un fort levier de développement social et une réponse efficace aux difficultés de logements des étudiants, public de plus en plus précaire. La colocation permet à des jeunes de se retrouver avec d’autres partageant cette même volonté d’engagement et de solidarité ainsi que de vivre une expérience collective unique, qui contribue fortement à leur autonomisation, dans un cadre de convivialité, de création d’un réseau social citoyen. Dans un quartier qui cumule souvent les handicaps et les discriminations, le projet apporte une autre réponse au délitement du lien social et apparaît comme un outil structurant en termes de mixité sociale, de participation des habitants et d’amélioration du cadre de vie.  

Le programme s’est étoffé en 2017 avec la création de colocations « Kaps Educ » dont le volet solidaire porte uniquement sur la réussite éducative des enfants habitant les quartiers prioritaires de Paris. Ce projet résulte de la volonté de lutter contre la « course à l’éducation et à la réussite » très ancrée dans le territoire parisien. Pour lutter contre la relégation des familles défavorisées dont les enfants sont les plus touchés par l’échec et le décrochage scolaire, les étudiants organisent et animent des ateliers éducatifs et citoyens collectifs toutes les semaines.  
Il existe deux modèles d’intervention : soit les Kapseurs.es viennent en appui à des associations d’aide à la scolarité en manque de bénévoles, soit ils organisent des ateliers en propre (si un local est mis à disposition et que cela est pertinent avec la réalité du territoire). Les enfants sont alors identifiés grâce aux concours des partenaires (coordinateur.ice du Réseau d’Education Prioritaire, équipes éducatives des écoles/collèges du quartier, amicale de locataires, gardien.ne, etc.) et des habitants (les étudiant.es organisent des sessions de porte-à-porte, pied d’immeuble pour informer les parents qui ensuite inscrivent leurs enfants). L’équipe de l’Afev aide ensuite les Kapseurs.es à organiser les ateliers (répartition par tranche d’âge, matériel, contenu pédagogique, formation à l’animation de groupes, aux besoins des enfants, aux objectifs CLAS, etc.).  

AFEV - Dispositif KAPS
Afev - programme KAPS

Parties prenantes 

Une des forces du programme est l'implication de divers acteurs dans le financement et/ou la mise en œuvre :  

  • Institutionnels : la Mairie de Paris (direction Politique de la ville, familles et petite enfance, logement), l'Etat via le service déconcentré de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale.  
  • Acteurs publics : CAF de Paris, Crous de Paris, bailleurs sociaux et gestionnaire locatif (Hénéo) 
  • Associations : Petits frères des pauvres, Vers un Réseau d'Achats en Commun (VRAC), associations de quartiers d'aide à la scolarité (VEMT, J2P, Plus loin, Maison Queneau), amicales de locataires, P'tite ferme de la Goutte d'Or, Enfants de la Goutte d'Or... 

Zone géographique 

Les Kaps sont présentes dans 33 villes en France.  

A Paris, il existe des Kaps dans les 13e, 17e, 18e, 19e et 20e arrondissements. 

Principaux résultats 

Le programme Kaps s'est fortement développé au cours des dernières années et regroupe aujourd'hui 755 étudiant.es partout en France, dont 140 étudiant.es engagé.es dans Paris. Dans la capitale, 17 micro-projets, à l'échelle d'un quartier ou d'une résidence, sont menés et visent à renforcer le lien social entre habitants (soutien aux associations de quartier, organisation de temps festifs entre voisins, actions intergénérationnelles, animation de résidences étudiantes, jardin partagé, etc.). Une quinzaine d'ateliers éducatifs collectifs sont par ailleurs organisés chaque semaine et chaque étudiant.e Kapseur.se accompagne individuellement un enfant 2 heures par semaine. Chaque année, ce sont environ 1000 personnes qui sont touchées par les actions développant le lien social et une centaine d'enfants qui participent aux ateliers collectifs. Le programme rencontre une forte popularité auprès des étudiants qui sont plus de 500 à candidater chaque année. 

1) Les effets des Kaps sur les enjeux du quartier 

Les effets des Kaps sur les enjeux du quartier sont aussi variés que le nombre de projets ! Dans tous les cas, nous faisons en sorte que les Kaps apportent des réponses adaptées. Certaines colocations ont permis de renforcer et de pérenniser l’action de partenaires locaux, d’autres ont resserré le lien social à l’échelle d’une résidence en soutenant activement l’amicale pour animer l’immeuble, d’autres contribuent à faire se rencontrer les étudiant.es du quartier ou créent, à travers leur présence, plus de lien intergénérationnel. 

2) Les effets des Kaps pour les étudiants 

Une évaluation annuelle (le baromètre des engagé.es) est envoyée chaque année aux bénévoles, dont font partie les Kapseurs.es pour mesurer les effets du mentorat individuel. Par ailleurs, un temps de bilan individuel relatif à la vie en Kaps et au projet collectif est aussi organisé en fin d’année par leur salarié.e référent.e. Ces diverses évaluations rendent comptent d’apports très riches. 

Pour les étudiants, une telle expérience a plusieurs apports :  

En termes de compétences d’abord, l’engagement à l’Afev permet de développer, entres autres, sa confiance en soi, son sens de l’empathie et des responsabilités, sa capacité à s’organiser, à trouver des solutions, à être autonome.  

Mais c’est aussi, souvent, une première expérience d’engagement à travers laquelle les étudiant.es, en plus de découvrir la vie associative, s’impliquent socialement et, de fait, se sensibilisent à des enjeux de société, ouvrent leur horizon, se confrontent à l’altérité. C’est enfin une façon de rencontrer des gens et d’enrichir son réseau (beaucoup viennent à Paris pour leurs études et ne connaissent personne). 

AFEV - Dispositif KAPS
Afev - programme KAPS

Principales perspectives 

Les Kaps ont de beaux jours devant elles car elles sont une réponse adaptée aux difficultés de logement des étudiants et à leur envie de s'engager. Des perspectives de développement ont été identifiées en lien avec le développement de nouveaux campus parisiens par exemple. 

Enseignement ou problématique à caractère stratégique  relatif à la mise en place de la coopération

La bonne mise en œuvre des actions des Kapseur.ses nécessite un excellent diagnostic des besoins du territoire pour calibrer au mieux l'action des étudiant.es et faire en sorte qu'elle soit le plus adaptée et bénéfique possible pour les habitants.  

Elle exige également l'implication et la coopération des experts locaux (équipe de développement local et développement social urbain des bailleurs, mais aussi acteurs associatifs et éducatifs).  

Un comité de pilotage est organisé tous les ans pour évaluer chaque micro-projet et le réorienter si besoin. 

Site

https://afev.org/nos-actions/koloc-a-projets-solidaires/presentation-generale/ 

Cas pratiques et initiatives