Innovation sociale Numérique et médias

Projet en coopération - Collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires

Collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires (CHATONS)
Dans le cadre du programme Faire Ensemble 2030, la Fonda souhaite valoriser les coopérations pluri-acteurs qui sont mises en oeuvre. Cette fiche montre comment le collectif CHATONS s'est créé et se développe pour "dégoogeliser" Internet et favoriser le déploiement des logiciels libres.

Présentation

Après avoir lancé sa campagne « dégooglisons Internet », l’association Framasoft a initié la création d’un collectif appelé CHATONS (Collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires). Il constitue une alternative aux GAFAM qui collectent et centralisent les données personnelles, en proposant des services en ligne libres, éthiques, décentralisés et solidaires. Il est actuellement composé d’une soixantaine de « chatons ».  

Le fonctionnement du collectif est régi par la charte produite initialement par l’association Framasoft mais dont le contenu évolue avec et par les membres dont le nombre augmente régulièrement. Pour mieux comprendre l’esprit avec lequel le collectif évolue, le plus simple est sans doute de reprendre les premières lignes de la page fonctionnement du site : « La forme et la gouvernance du collectif ne sont pas figées, et même volontairement floues. Comme CHATONS est directement inspiré du mouvement du logiciel libre, il n'est pas très étonnant que certaines caractéristiques soient communes. ».

Pour que puisse évoluer cette charte, des réunions mensuelles des CHATONS s’opèrent à distance. Ces réunions ont été initiées et souvent animées par une salariée de l’association Framasoft qui a un peu de temps consacré au collectif mais la volonté est bien, autant que faire se peut, de tendre vers l’auto-animation. Ces réunions ont pour objet de décider collectivement des orientations que doit prendre le collectif, de réguler les messages du forum et les questions qui s’y posent. Elles traitent par exemple, des critères qui permettent d’accueillir de nouveaux CHATONS à chaque «portée». L’évolution de la charte est régulièrement en question pour préciser ou améliorer son contenu. Sur le plan technique, un forum et une liste mail permettent aux membres d’échanger quotidiennement. Pour les réunions mensuelles, elles s’appuient généralement sur le logiciel libre Mumble qui permet des audios conférences et sur etherpad, outil performant d’écriture collaborative.  

Parties prenantes

  • Structures : 67 CHATONS en date du 1er mai 2020, la liste complète là: https://chatons.org/fr/find,
  • Individus
  • Associations : collectif sans forme juridique «classique»

Zone géographique

Les "chatons" sont répartis sur tout le territoire national et même au-delà. Voir la carte https://chatons.org/fr/find

Résultats

Actuellement, le collectif est en cours de “déframasoftisation”, c’est-à-dire de diminution des services proposés par Framasoft, pour permettre le développement des petits hébergeurs artisanaux.  

Perspectives

A terme, le collectif souhaite produire des supports pédagogiques afin de faciliter et d’accompagner l’arrivée de nouveaux «chatons» (individus, structures, etc).  

Enseignement ou problématique à caractère stratégique relatif à la mise en place de la coopération  

La mise en place du collectif CHATONS est l’aboutissement d’un cheminement sur un temps long. La prise de conscience des dangers de la centralisation des données par les géants de l’internet, accélérée entre autres par les révélations d’Edward Snowden en juin 2013, a fait aboutir ce projet qui va dans le sens d’une décentralisation d’Internet. Cette décentralisation doit par ailleurs s’appuyer sur des logiciels libres qui ont cette qualité de permettre de maîtriser ce qu’ils font.  

Si, au départ, Framasoft proposait de nombreux services et solutions respectueuses des utilisatrices et utilisateurs, l’association a souhaité éviter de devenir un nouveau concentrateur de données : c’est la raison pure laquelle ce collectif a été imaginé.  

Enfin, et c’est sans doute l’un des points les plus importants, la logique mise en œuvre avec le collectif CHATONS est bien celle d’une « capacitation » des utilisateurs et des utilisatrices. Il s’agit de mettre chacun·e dans une posture de progresser et de maîtriser les outils et les enjeux liés aux systèmes d’information. Cet objectif entre en résonance avec un des objectifs que l’éducation populaire promeut et qui font partie de ses gènes.

Site

https://chatons.org/

 

Cas pratiques et initiatives