Outils numériques, data et citoyenneté
Publié par L’équipe Fonda le 7 décembre 2016

Outils numériques, data et citoyenneté

La tribune fonda n°232 - Démocratie contributive : une renaissance citoyenne

ANALYSE │Par Sébastien Shulz

Téléchargez l’article en PDF



Il n’est sans doute pas exagéré de comparer l’importance de la révolution numérique d’aujourd’hui à la révolution industrielle d’hier. Mais l’une comme l’autre peuvent, à l’instar d’un pharmakon, être vues comme un remède ou un poison pour notre société [1]. En 1982, le philosophe Jacques Ellul estimait que le micro-ordinateur pouvait servir de vecteur à une véritable et profonde émancipation des hommes et de la citoyenneté, car il favorisait à la fois l’expression de leurs idées et leur coordination [2].
Qu’en est-il trente-quatre ans plus tard ?


Le numérique, par ses outils et les réseaux qu’ils permettent de créer, change en effet la façon dont se structure et se coordonne l’activité citoyenne. Le récent mouvement Nuit Debout en donne une bonne illustration. Rapidement critiqué pour être localisé et chronophage (parce qu’il demandait une présence physique et quotidienne), ce mouvement a dû se numériser. Ce faisant, les militants ont décidé pour s’organiser d’utiliser les logiciels libres à leur disposition comme Framapad [3], Trello [4] ou encore Wikipedia.


D’autre part, le numérique et l’Internet qui lui est affilié, permettent de créer des synergies entre les acteurs civiques et leur écosystème. Que ce soit pour lever des fonds à travers le crowdfunding, de lever les foules comme ce fut le cas lors des révolutions arabes [5], ou de lever des voix protestataires, dont la pétition en ligne contre le projet de la « loi travail », atteignant plus d’un million de signatures sur la plateforme change.org, est un exemple marquant [6]. Le discours d’une seule personne peut être suivi, liké, tweeté, visionné par des millions d’internautes. Nous pouvons ici saluer l’activité militante de l’artiste Chinois Ai Wei Wei. Ce dernier utilise les réseaux sociaux, comme Twitter, pour critiquer le régime politique en place [7]. Grâce à Internet, les actions citoyennes peuvent donc être mises en lumière et renforcées, tout en contournant certains obstacles politico-industriels [8].


Parallèlement, les données massives issues de la numérisation croissante de nos activités, communément appelé big data, sont une mine d’or pour la science des données [9]. Si les connaissances produites par cette science sont surtout utilisées à des fins commerciales [10], elles montrent aujourd’hui des potentialités énormes pour l’action citoyenne. Non seulement pour la structurer, mais également pour l’améliorer.


Donnons deux exemples. United Nations Global Pulse, chapeauté par l’ONU, considère les big data comme un bien commun, une « ressource naturelle renouvelable », que l’on peut et doit exploiter pour innover dans les domaines du développement durable et de l’action humanitaire. Cette initiative regroupant un ensemble d’acteurs (gouvernements, universitaires, et ONG locales) entend, grâce aux données, « coller » à la réalité des phénomènes sur lesquels ils opèrent (crise, famine, inondations etc.) afin de leur permettre de mener des actions plus précises et donc efficaces [11].


Historiquement associé à la liberté d’expression et aux actions de résistance et de contre-pouvoir citoyens, le journalisme mute également avec l’avènement du data-journalisme. L’idée ? A l’instar des chercheurs, corréler un grand nombre de données afin de dévoiler des réalités sociales, politiques ou économiques, et à l’instar des graphistes, les mettre en lumière de façon à ce qu’elles soient compréhensibles par tous. Tant dans la récolte des données que dans leur mise en forme, les outils numériques ont été essentiels au développement de cette nouvelle forme de "médiactivisme" [12]. En France, la web-série #Datagueule fait office de référence en la matière et vaut le détour.



#Datagueule 55
« Quand la boucherie, le monde pleure », janvier 2016








Nous n’avons ici fait qu’effleurer le champ des possibilités offertes par les outils numériques en vue de structurer et améliorer l’action citoyenne. Mais nous tenons pour conclure à signaler les risques d’utilisations néfastes. Portés par une logique néo libérale, certains usages qui en sont fait s’attachent à singulariser l’individu pour améliorer son profilage à des fins commerciales, politiques ou sécuritaires [13]. Sur ce dernier point, l’affaire Snowden a porté au niveau politique et international l’enjeu de cette problématique. Nous souhaitons défendre avec D. Kaplan « [qu’]il est temps que tous les citoyens, les associations, les politiques se saisissent de la révolution numérique [14] » afin de faire de ce pharmakon social un remède plutôt qu’un poison.



L’AUTEUR

Sébastien Shulz a réalisé en tant que chercheur l’analyse Outils numériques, data et citoyenneté pour l’European Think and Do Tank Pour la solidarité, sous la direction de Denis Stokkink, président-fondateur.
Pour la solidarité est un organisme indépendant engagé en faveur d’une Europe solidaire et durable. Parmi les thématiques qui segmentent l’activité de ce think-tank figure la participation citoyenne. Dans ce cadre sont élaborées des réflexions ou activités qui, de manière directe ou indirecte, motivent les habitant/e/s de tout État européen à devenir acteur et actrice de leur citoyenneté afin d’instaurer un plus large dialogue entre les pouvoirs publics, la société civile et les entreprises.


Contacter l’auteur : sebastien.shulz_AT_gmail.com


En savoir plus :

Documents joints à cet article

Partager cet article

Notes

[1Stiegler B., Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue - De la pharmacologie, Flammarion, 2010.

[2Ellul J., Changer de révolution. L’inéluctable prolétariat, 1982.

[3L’équivalent de Googledoc, permettant de travailler sur des documents (textes, tableurs etc.) de manière collaborative.

[4Permet de faciliter la gestion de projets de manière collaborative

[5Benilde M., La révolution arabe, fille d’internet ?, Monde diplomatique, février 2011.

[8Cardon D., La démocratie Internet, Seuil, 2010.

[9En anglais data science, discipline combinant des outils venus des mathématiques, de l’informatique et de la statistique.

[10Par exemple, voir Mauchamp P., Marketing prédictif : une révolution portée par le big et le smart data, Les Echos, publié le 24/02/2015

[11www.unglobalpulse.org, consulté le 23 juin 2016.

[12Cardon D., Granjon F., Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « Contester », 2010

[13Rouvroy A., Berns T., Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Le disparate comme condition d’individuation par la relation ?, Réseaux 1/2013 (n° 177) , pp. 163-196.

[14Kaplan D., S’approprier la révolution numérique, Alternatives economiques n° 137 - mai 1996.

Un message, un commentaire ?
Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document