Lettre ouverte

Lettre ouverte "Valoriser la capacité citoyenne des quartiers populaires"

Suite à la "lettre à ceux qui ignorent les banlieues" publiée par Claude Dilain dans le Journal du Dimanche le 24 mai dernier, cinq réseaux associatifs se sont associés pour porter un texte qui prolonge cette lettre, afin de mettre en avant les initiatives citoyennes des quartiers populaires et promouvoir l’empowerment.

Les associations soussignées, acteurs de terrain de la politique de la ville, témoignent de la nécessité d’associer l’énergie et la créativité des populations concernées.

La crise sociale sans précédent que nous traversons jette une lumière crue sur l’aggravation de la relégation sociale d’une partie croissante de la population, sur le fossé qui se creuse, chaque jour plus infranchissable, entre le monde des inclus et celui des exclus. Ceux qui y sont assignés se trouvent non seulement dans l’incapacité d’accéder aux biens et services de l’espace public mais, plus gravement encore, dans l’incapacité de faire valoir leur droit d’y accéder.

Ceux qui se battent à leurs côtés, élus locaux, agents des services publics, associations, manquent de soutien et de reconnaissance de leur travail. Les habitants des quartiers se sentent ainsi délaissés, hors du champ de la représentation, invisibles, mis « hors jeu » de la vie publique, de la citoyenneté. Pas étonnant qu’ils ne croient plus à la capacité des politiques de changer leur situation.
Pourtant malgré le cumul des difficultés, ces quartiers possèdent une richesse humaine et une créativité sociale considérables. Leurs habitants y déploient nombre d’actes de solidarité, d’initiatives civiques et économiques, méconnues et laissées en friches par les politiques publiques.

A l’initiative de Claude Dilain, des maires de banlieue ont exprimé leur colère et alerté « ceux qui ignorent les banlieues ». En appui à ce cri d’alarme nous affirmons que la politique de la ville doit d’abord reposer sur une volonté politique plus affirmée et sur davantage de solidarité nationale, notamment sur le plan financier. Elle a surtout besoin qu’on fasse place à une participation active des populations concernées. Leurs initiatives et leurs associations doivent être sécurisées dans leur rôle de partenaires durables des politiques publiques. Sans la mobilisation de cette ressource, aucune « politique de la ville » ne peut réussir.

Nous devons franchir un pas que la France n’a jamais osé franchir, celui de l’« empowerment » : ouvrir aux habitants de ces quartiers l’accès à la capacité politique pour qu’ils soient les auteurs de la définition de leurs besoins et les coproducteurs des réponses à y apporter pour le développement social de leur territoire. Ne pas les enfermer dans un statut de consommateurs passifs des politiques publiques mais les reconnaître comme citoyens actifs capables de prendre collectivement en main leur propre développement et celui de leur environnement, de porter eux-mêmes leur parole et de conduire leurs projets. Compter sur leurs engagements, leurs convictions, leurs compétences. Bref appuyer cette reconquête de leur dignité civique, de leur pleine citoyenneté, et leur en donner les moyens.

Notre époque ne peut plus se satisfaire de mesures visant à acheter à la marge la paix sociale. C’est notre culture politique qu’il faut faire évoluer et transformer. Nous, acteurs de terrain des politiques de la ville, sommes prêts à relever ce défi.

Signataires :
- Comité national de liaison des régies de quartier (CNLRQ)
- Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF)
- Association des directeurs de plans locaux pour l’insertion et l’emploi (EUROPLIE)
- Comité national de liaison des associations de prévention spécialisée (CNLAPS)
- Inter-réseau des professionnels du développement social urbain (IR-DSU)

Documents joints à cet article
Pouvoir d’agir - PDF - 191.2 ko

Partager cet article

Un message, un commentaire ?
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?