La tribune fonda n° 227, Transition écologique, la fin d’un monde
Publié par L’équipe Fonda le 8 octobre 2015

La tribune fonda n° 227, Transition écologique, la fin d’un monde

"Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus, conscients et engagés, puisse changer le monde. En fait c’est de cette façon que cela s’est toujours produit." Margaret Mead- Edito et sommaire ci-après

Transition écologique, la fin d’un monde

Au sommaire

- Entre effondrement et Renaissance, par Yannick Roudaut
- L’économie circulaire : une nouvelle chaîne de valeur, par Anne-Carole Poitrenaud
- Pour une politique de l’anthropocène, par Dominique Bourg
- Le bel avenir de la consommation responsable, par Sébastien Ravut
- Les associations dans la transition écologique, par Olivier Aimont
- Développement durable : du local au global, par Mickaël Landemaine
- ONG et entreprises, un long travail de conviction, par Charlotte Debray
- Protéger la biodiversité, par Annie-Claude Raynaud
- Miser sur l’énergie citoyenne, par Charlotte Debray

Les quatre transitions
Edito par Yannick Blanc, président de la Fonda

La transition écologique a commencé. Elle a cessé d’être la cause d’une minorité prophétique et agissante, elle est devenue l’affaire des entreprises, des États et même du Pape. Rien n’est encore joué quand on compare l’ampleur des changements d’attitude qu’elle suppose, la complexité des décisions politiques qu’elle nécessite avec l’affaiblissement du politique et les incertitudes de l’action collective. Mais avant même de débattre des actions à entreprendre et des règles à instituer, il faut mesurer ce que la conscience écologique a déjà modifié de notre vision du monde. De l’Empire romain à la conquête de l’espace en passant par l’expansion coloniale et le mythe américain de la frontière, la civilisation occidentale a vécu dans un monde en expansion continue et indéfinie. Nous sommes la première génération à devoir imaginer le futur dans un monde fini et déjà menacé d’épuisement. La mauvaise conscience avec laquelle nous portons notre dette envers les générations futures nous interdit toute arrogance. Avoir une vision du monde ne consiste plus à faire prévaloir une doctrine mais à proposer des solutions. L’écologie est devenue la nouvelle figure de l’universel.

Entre une vision inquiète et une action incertaine, c’est une éthique pour la planète dont nous avons besoin. Pourquoi une éthique ? Parce qu’il n’y a ni gouvernement, ni constitution, ni religion qui vaille pour la planète. L’éthique est une exigence qui s’impose à chacun de nous, quelles que soient son identité, sa fonction, son appartenance. L’éthique est ce qui relie l’être humain, comme sujet libre et créateur, à la planète qu’il partage avec la totalité de ses semblables. La transition écologique est l’enjeu qui fera contrepoids aux puissantes tendances de la fragmentation qui voient s’additionner la crispation identitaire, l’égoïsme économique et le fanatisme religieux. À partir de cette transition, il ne peut plus être question de faire société sans commencer par tenir compte de ce qui rend possible la vie tout court. L’écologie a cessé d’être une cause ou une identité partisane, elle est désormais au cœur de toute volonté de faire ensemble.

Le changement de valeurs est éthique mais il est aussi économique. Il ne s’agit pas de prêcher la vertu aux entrepreneurs et aux consommateurs, mais de reconsidérer ce qu’est la création de valeur dans ce monde fragile. Lorsque c’est la totalité des ressources qui deviennent rares, on ne peut plus distinguer entre la chaîne de valeur d’un process de production ou de service et ses externalités, c’est-à-dire les impacts sur l’environnement ou les coûts pour la société qu’il implique. Le bénéfice net d’une activité économique doit être mesuré à coûts complets. Or cette exigence nouvelle s’exprime au moment-même où la transition numérique provoque l’éclatement de la chaîne de valeur en amont, en aval et autour de la bonne vieille unité de production de l’ère industrielle. Si la création de valeur reste bien la finalité de toute entreprise, individuelle ou collective, elle ne peut plus être envisagée indépendamment de ce que, par une coïncidence sémantique qui n’est pas due au hasard, on appelle l’écosystème des entreprises, c’est-à-dire l’ensemble de leurs parties prenantes et de leurs partenaires. L’économie circulaire, l’économie de la fonctionnalité, l’économie collaborative et l’économie du partage ne sont que les signes avant-coureurs du grand remaniement des chaînes de valeur qui est au cœur de la transition économique.

Pour réussir ces trois transitions, écologique, éthique et économique, nous avons besoin de la quatrième, la transition institutionnelle et démocratique. Dans le champ de ruines qu’est le paysage politique français, les alternatives au scénario de l’inacceptable sont à rechercher dans la société civile, parmi les citoyens qui s’indignent, parmi ceux qui s’engagent et ceux qui prennent des initiatives pour agir sans attendre. C’est en innovant sur les formes de l’engagement, sur leur gouvernance et sur leur contribution aux nouvelles chaînes de valeur que les associations pourront jouer leur rôle dans les quatre transitions. La Fonda publiera prochainement son programme de travail 2016-2018, elle les invitera à faire preuve d’audace et d’inventivité pour s’approprier le futur.

Vous pouvez commander un ou plusieurs exemplaires de ce numéro directement en ligne
ou par en adressant un bon de commande à notre service gestion.

Partager cet article

Un message, un commentaire ?
Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document