Gouvernance associative : quelles innovations possibles ?
Publié par L’équipe Fonda le 25 août 2015

Gouvernance associative : quelles innovations possibles ?

synthèse du petit-déjeuner débat du 21 février 2013, avec la participation de Jean-Louis Laville, sociologue et Olga Trostiansky, présidente du CLEF, paru in La tribune fonda n° 219, septembre 2013

Face aux enjeux de renouvellement et de parité, quelles innovations possibles ?

Introduction
par Roger Sue

Le terme de « gouvernance » est une autre manière de désigner le pouvoir. Il ne s’agit pas du pouvoir politique des hommes sur les hommes, mais plutôt du pouvoir de faire. La gouvernance désigne en outre une évolution et une transformation en cours. Elle renvoie à une notion d’intégration et à la mise en relation de plusieurs acteurs dans un système qui n’est plus uniquement hiérarchique et vertical.

PDF - 846.7 ko
Pour en savoir plus...

Les entreprises ont été les premières à utiliser la notion de gouvernance. Le concept de corporate governance repose sur l’idée qu’il faut faire évoluer le fonctionnement de l’entreprise en faisant participer les différentes parties prenantes (les stakeholders, à la différence des shareholders). Lié à un langage technocratique, ce concept recherche l’efficacité. Dans les années 1960, les mouvements autogestionnaires privilégient l’idée que les sociétés ne peuvent plus se gérer sur le mode traditionnel vertical et investissent la notion de gouvernance. L’institution elle-même finit par s’y intéresser, dans un contexte où le rapport entre le citoyen et l’institution tend à évoluer.

Les associations ont longtemps ignoré la notion de gouvernance, principalement car elles ne la considéraient pas comme un enjeu prioritaire (selon l’idée que l’on n’entre pas dans la vie associative pour prendre le pouvoir). Pourtant, le statut associatif ne garantit pas une gouvernance démocratique, la loi relative au contrat d’association du 1er juillet 1901 étant muette à ce sujet. Certaines pratiques associatives présentent en outre des limites en termes de diversité et de parité. Il s’avère de fait malaisé de définir la spécificité d’une gouvernance associative, indépendamment du modèle entrepreneurial et de comparaisons abusives avec un service public au rabais.
Pour lire la suite cliquer sur le document joint

Si vous souhaitez recevoir les articles de la Tribune Fonda dès leur parution, vous pouvez vous abonner ici.

Partager cet article

Un message, un commentaire ?
Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document