Faire ensemble 2020 : le site...
Publié par L’équipe Fonda le 22 juillet 2016

Faire ensemble 2020 : le site...

La Fonda a développé un site dynamique dédié à l’exploration des tendances structurantes pour demain.

Pour naviguer dans cet univers, cliquer ici « Faire ensemble 2020 »

Dans un monde en transition, et pour permettre aux acteurs associatifs de participer pleinement à sa transformation, la Fonda anime une démarche de prospective participative : « Faire ensemble 2020 ».

Faits objectifs, évolutions structurelles ou émergentes, menaces ou opportunités, de nombreuses tendances traversent la société et soulèvent des enjeux pour l’avenir.

Il nous a semblé indispensable de faciliter la compréhension de ces évolutions et l’exploration d’enjeux pour demain.

Créé à partir d’une infographie réalisée par Martin Wolf, le mini-site Internet « Faire ensemble 2020 » permet de naviguer dans la cartographie des tendances et d’explorer les trois courants qu’elles constituent : fragmentation, fluidité et empathie.

Vous pouvez directement accéder aux contenus de la deuxième université « Faire ensemble 2020 » qui a eu lieu à Paris les 28 et 29 novembre 2013 !

Partager cet article

6 Messages
  • Faire ensemble 2020 : le site...
    Le 20 février 2014 à 06:31 , par Anne-Marie Béneix

    La bonne volonté éclairée des hommes agissant en tant qu’individus est l’unique principe de progrès social ; si les nécessités sociale, une fois clairement aperçues, se révélaient comme étant hors de la portée de cette bonne volonté au même titre que celles qui régissent les astres, chacun n’aurait plus qu’à regarder se dérouler l’histoire comme on regarde se dérouler les saisons, en faisant son possible pour éviter à lui-même et aux autres êtres aimés le malheur d’être soit un instrument soit une victime de l’oppression sociale. S’il en est autrement, il faudrait tout d’abord définir à titre de limite idéale les conditions objectives qui laisseraient place à une organisation sociale absolument pure d’oppression ; puis chercher par quels moyens et dans quelle mesure on peut transformer les conditions effectivement données de manière à les rapprocher de cet idéal ; trouver quelle est la forme la moins oppressive d’organisation sociale pour un ensemble de conditions objectives déterminées ; enfin définir dans ce domaine le pouvoir d’action et les responsabilités des individus considérés comme tels. A cette condition seulement l’action politique pourrait devenir quelque chose d’analogue à un travail, au lieu d’être, comme ce fut le cas jusqu’ici, soit un jeu, soit une branche de la magie.

    Extrait de réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale de Simone Weil

    Répondre à ce message

  • Faire ensemble 2020 : le site...
    Le 11 mars 2014 à 12:09 , par Franck Weber
    Il m’apparaît que la question de l’écologie sonore est absente de votre jolie représentation. Les nuisances sonores, classés numéro 1 de tous les désagréments métropolitains, ont un impact sociétal majeur sur l’ensemble des populations urbaines. Nous vivons sans doute, pour des raisons énergétiques, la fin de l’âge du moteur à explosion et entrons dans un futur technologique dans lequel les objets réduiront drastiquement leur impact sur le paysage sonore. La révolution technologique est donc porteuse d’une modification sans précédent depuis l’apparition du bruit mécanique organisé au XIXe siècle.

    Répondre à ce message

  • Faire ensemble 2020 : le site...
    Le 11 août 2015 à 14:02 , par bernard THUMEREL aida
    j’ai été sensibilisé à la démarche prospective de la Fonda Par Y Blanc que j’ai croisé à Avignon. J’utilise la démarche de la fonda dans le cadre d’une réflexion stratégique.

    Répondre à ce message

  • Faire ensemble 2020 : le site...
    Le 24 avril 2016 à 10:40
    Merci pour cet article !

    Répondre à ce message

  • Faire ensemble 2020 : le site...
    Le 8 novembre 2016 à 17:45 , par Joseph Beirneix
    « Le travail physique constitue un contact spécifique avec la beauté du monde, et même, dans les meilleurs moments, un contact d’une plénitude telle que nul équivalent ne peut se trouver ailleurs. L’artiste, le savant, le penseur, le contemplatif doivent pour admirer réellement l’univers percer cette pellicule d’irréalité qui le voile et en fait presque pour tous les moments de leur vie, un rêve ou un décor de théâtre. Ils le doivent, mais le plus souvent ne le peuvent pas. Celui qui a les membres rompus par l’effort d’une journée de travail, c’est-à-dire d’une journée où il a été soumis à la matière, porte dans sa chair comme une épine la réalité de l’univers. La difficulté pour lui est de regarder et d’aimer ; s’il y arrive, il aime le réel. » (AD5, 161)

    Répondre à ce message

  • Faire ensemble 2020 : le site...
    Le 19 janvier à 23:00
    J’ai été sensibilisé par cette démarche et la cartographie est très bien faite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document