Un capital initial de formation
Publié par L’équipe Fonda le 7 novembre 2017

Un capital initial de formation

La tribune fonda n°235 - Le revenu universel : cartographie d’une controverse


PROPOSITION │Par le Commissariat général au plan, rapport « Jeunesse, le devoir d’avenir », commission présidée par Dominique Charvet, mars 2001.



LE PROJET EN QUELQUES MOTS

Mettre en place un capital initial de formation de vingt ans.



BÉNÉFICIAIRES

Pour tous.



PRÉSENTATION

Le rapport « Jeunesse, le devoir d’avenir » insiste, dans le cadre d’une société de la connaissance, sur l’importance d’un droit à la formation tout au long de la vie.

Il se matérialise par la dotation d’un capital initial de formation, de vingt ans, qui donne accès à une éducation de base et à une prolongation dans le cadre d’études supérieures, qu’il est loisible aux personnes d’employer à tout moment dans leur vie. Ce capital est en outre rechargeable au fil de ses expériences professionnelles.

Il pourrait se matérialiser par la mise en place d’une allocation d’études, matérialisant l’accord de droit sociaux aux jeunes dès 18 ans, librement utilisable dans les moments de formation. Les jeunes qui ne souhaitent pas poursuivre leur formation pourraient bénéficier d’un droit à l’expérience professionnelle, et resteraient libre d’utiliser leur allocation d’études ultérieurement.



SOURCE

Dominique Charvet, « Jeunesse, le devoir d’avenir », La Documentation française, 2001




Partager cet article

Un message, un commentaire ?
Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document